Publié le 26/07/2010 à 00h00 /

10 après, Boeuf à  la plage est devenu incontournable

// Si la manifestation estivale est désormais incontournable, elle est née dans un contexte des plus difficiles pour la filière bovine, en pleine crise de la vache folle.

Jeudi prochain, 29 juillet, à  Vieux-Boucau se déroulera la dixième édition du Boeuf à  la plage. Une nouvelle fois, les éleveurs bovins et laitiers de la FDSEA et des Jeunes Agriculteurs se mobiliseront pour porter haut les couleurs de l'élevage landais devant un public de vacanciers tout acquis à  leur cause. Mais en 2001, lors de la première édition de la manifestation, la situation était toute autre. « Le contexte était très difficile à  l'époque, rappelle Hervé Lard, alors président du syndicat départemental de la Blonde d'Aquitaine. On était en pleine crise de la vache folle. » Alors que plusieurs cas s'étaient déclarés à  travers l'Hexagone, dès le mois de décembre 2000, la commission “bovin viande” de la FDSEA s'était réunie à  Mont-de-Marsan pour voir ce qui pouvait être fait devant le déchaînement médiatique qui clouait l'ensemble de la profession au pilori. « De l'avis de tout le monde, communiquer à  ce moment-là  n'aurait servi à  rien. Nous avons décidé de laisser passer un peu de temps pour que les choses s'apaisent. » Mais en mars, trois jours après la fin du salon international de l'agriculture de Paris, et alors que les consommateurs continuent de bouder la viande bovine, des moutons atteints de fièvre aphteuse arrivent en France. La panique est totale et tous les marchés sont fermés jusqu'au mois d'avril. Rétablir le contact avec le consommateurUn petit groupe d'éleveurs composé notamment de Mireille Lavie, Bernard Lafitte, Olivier Léglise et Hervé Lard décide alors de monter une opération de communication à  destination du grand public pour rétablir la vérité sur l'élevage de qualité qui se pratique dans le département. « Nous avions entendu parler d'une opération de dégustation qui s'était faite dans les Côtes d'Armor. Nous avons repris le concept pour faire déguster de la viande sur un site touristique. Pour le lieu, j'ai naturellement pensé à  la station de Vieux-Boucau pour y avoir organisé deux comices en 1994 et 1995. Nous avons rencontré le président de l'office de tourisme, Jacques Latry, et le maire de l'époque, Robert Lafitte, et tout le monde a dit OK. » C'est ainsi qu'en juillet 2001 est organisée la première édition de Boeuf à  la plage. L'aventure était lancée « On est partis un peu à  l'aventure, sans vraiment savoir où on allait, mais nous avions la volonté de reprendre contact avec le consommateur, parce qu'après six mois d'artillerie lourde dans les médias, nous avions presque honte de notre métier ! » L'opération de communication séduit de nombreux partenaires : outre les moyens techniques mis à  disposition par la ville de Vieux-Boucau, la FDSEA et les JA peuvent compter sur une aide du conseil général, et le soutien du Crédit Agricole et de Groupama. Une équipe d'agriculteurs de l'Ariège fait le déplacement pour s'occuper de la cuisson à  la broche d'un boeuf entier qui doit servir au repas du soir. « On nous avait dit qu'avec on pouvait nourrir 1 200 personnes, mais au départ, on ne savait même pas si on allait en avoir 50 ! » Car les premiers moments sont rudes. Olivier Léglise, responsable de la section viande de la FDSEA, se souvient des difficultés qu'il a eues à  faire déguster le produit aux vacanciers. « à‡a faisait des mois qu'on leur répétait dans les médias que manger de la viande, c'était la mort au coin de la rue Alors au début, ils ne voulaient pas goûter, comme si c'était quelque chose de malsain. » Un succès qui impose une suiteLes éleveurs décident alors de faire le show. « On a fait le tour de Vieux-Boucau avec les bêtes, reprend Hervé Lard. On les a emmenées sur la plage. On est même rentré dans une boucherie avec une vache » L'astuce fonctionne. Le public est conquis. « En deux heures de temps, on a vendu 900 repas pour le soir ! » Le contact avec les consommateurs est renoué. Pari gagné pour les éleveurs. « Le succès a été tel que lors du débriefing, quelques semaines plus tard, on n'a pas pu faire autrement que de rempiler pour une année de plus. » Et cela fait dix ans que ça dure. Cécile AgustiSolidarité syndicaleLa force de Boeuf à  la plage repose sur la solidarité syndicale. « Les adhérents de la FDSEA et des JA ont toujours été présents pour assurer le succès de la manifestation », tient à  souligner Olivier Léglise. Chaque année, trois éleveurs prêtent des animaux pour l'exposition tant appréciée par le public : Hervé Lard de Saubrigues, Jean-Pierre Planté de Port-de-Lanne et Denis Hiriart de Saint-Martin-de-Seignanx (Vincent Ducasse de Tartas avait lui aussi amené des animaux la première année). Par ailleurs, une soixantaine de personnes se mobilise pour accompagner la soirée, et notamment le service des repas. Cette année encore, les organisateurs de Boeuf à  la plage comptent sur les bonnes volontés pour venir les épauler jeudi 29 juillet.

 Connexion à l'espace Abonné

Nom d'utilisateur: et mot de passe requis
Mot de passe oublié ? ×