Publié le 08/09/2010 à 00h00 /

Ray-grass : semer dès à  présent

// Le semis de ray-grass d'Italie (RGI) est une solution intéressante pour compenser les pertes de stock liées à  la sécheresse.

Le régime hivernal de distribution de fourrage a débuté depuis plusieurs semaines et une majorité d'éleveurs a déjà  puisé dans ses réserves. Pour compenser les déficits fourragers engendrés par la sécheresse, il est important dès aujourd'hui de faire le point des stocks disponibles sur son exploitation et d'anticiper en semant le plus rapidement possible une culture dérobée. Le ray-grass d'Italie est l'espèce fourragère la plus adaptée à  la fourniture rapide de fourrage. De plus, il cumule plusieurs avantages.Une implantation très facileSon implantation est très facile avec des techniques culturales simplifiées. Sur mais ensilage, passez un outil de travail du sol superficiel à  disque ou à  dents pour faire un peu de terre fine, puis semez au semoir en ligne à  la dose de 20 kg pour les variétés diploides, de 25 kg/ha pour les variétés tétraploides. Un semis à  la volée avec un épandeur centrifuge est possible, à  condition de majorer la densité de 20 % et de procéder à  un passage de herse pour recouvrir la graine. Enfin, tassez le sol avec un passage de cultipaker.En conditions favorables, l'exploitation du ray-grass est possible au bout de 8 semaines. Les variétés alternatives sont plus rapides que les variétés non alternatives. Pour la pàture on peut choisir indifféremment une variété diploide ou tétraploide alors qu'une variété diploide sera à  privilégier pour une récolte de fourrage. La valeur alimentaire sera d'autant plus élevée que l'exploitation aura lieu à  un stade jeune.Le ray-grass constitue un excellent fourrage dont la valeur nutritionnelle énergétique et azotée est bien équilibrée. Il sera intéressant pour tous les ruminants, seul ou en complément dans une ration de base équilibrée. Enfin, le ray-grass représente une culture intermédiaire très efficace pour piéger les reliquats d'azote et couvrir le sol jusqu'au prochain semis de mais. En sol normalement pourvu en acide phosphorique et potasse, la fertilisation est inutile. Car, cette année, la minéralisation automnale sera importante. Pour toutes ces raisons, les semis de RGI sont à  privilégier dès que les conditions climatiques seront plus favorables. En pratique, on sèmera le ray-grass en culture pure ou associé à  une légumineuse de type trèfle incarnat (non météorisant) à  une dose de 10 kg de ray-grass et 10 kg en trèfle incarnat.Le Ray-Grass Hybride apporte une réponse à  un besoin de fourrage rapide, cependant ses qualités de pérennité en font plus une graminée intéressante pour des prairies de 2 à  3 ans. Hélian Valdéavéro
Conseiller bovins lait - chambre d'agriculture 40 
Autres espèces
La mise en place de méteil (notre photo) ou autre espèce n'est pas de nature à  répondre à  un besoin de fourrage avant l'hiver, mais s'avère bien adaptée à  une récolte mécanisée, avec un rendement de 8 à  10 tonnes de matière sèche, au cours des mois de mai ou juin prochain.
Le colza fourrager d'hiver peut apporter une réponse. Semé en septembre, il est bien adapté au pàturage hivernal au fil avec la limite de la portance des sols et d'apport de fibre et d'énergie dans la ration. C'est un bon complément de l'ensilage de mais.

 Connexion à l'espace Abonné

Nom d'utilisateur: et mot de passe requis
Mot de passe oublié ? ×