Publié le 07/10/2010 à 12h12 /

Le marché du porc breton réouvre sa séance du lundi

// Le MPB revient à  un rythme de deux séances par semaine, mais nombreux sont ceux qui dénoncent un «Â manque de solidarité » dans la filière.

Dès le lundi 4 octobre, le marché du porc breton (MPB) a renoué avec sa séance du lundi. Pour Jean-Jacques Riou, président du MPB, « nous avons cherché à  trouver des “petites” solutions, mais suspendre la séance du lundi crée finalement des problèmes de transparence au niveau des transactions avec les éleveurs (prix issu de la moyenne de plusieurs marchés) ». Par ailleurs, les éleveurs ne pouvaient vendre que sur un seul marché, ce qui était insuffisant.
La séance du jeudi 30 septembre s'est révélée « très tendue, très dramatique », selon Jean-Jacques Riou. « Il a fallu plusieurs responsables pour tempérer l'ardeur des éleveurs », précise-t-il. Le prix du porc est descendu de 0,029 € atteignant 1,124 €/kg. Face à  cette situation, la Fédération nationale porcine, dans un communiqué de presse du jour même, « appelle d'urgence les différents acteurs de la filière à  discuter ensemble d'un moyen de répercuter la hausse du coût de production sur la viande de porc ». Elle annonce « des actions syndicales orientées dans ce sens », même si elle « n'abandonne pas l'idée d'un meilleur affichage du logo VPF – Viande de porc française – et de la mention d'origine  ».
Les maillons disloqués d'une même filière
Les syndicats agricoles, dont la FNP, estiment que « les soubresauts du MPB ne sont qu'une illustration de la désunion entre les différents maillons de la filière. ». La Fédération nationale porcine a déjà  relevé régulièrement « le manque de solidarité au sein de la filière ». Pour de nombreux éleveurs, « les abatteurs savent que les élevages sont pleins aussi font-ils irrémédiablement baisser les prix ». Du côté des abatteurs, le silence reste de mise. Ils refusent de participer aux réunions précédant le marché du porc breton. Mais la conclusion revient à  Michel Bloch, président de l'Union des groupements de producteurs de viande de Bretagne : « Peu importe que le marché au cadran fonctionne ou non le lundi, telle qu'est la situation aujourd'hui, les éleveurs sont en train de crever ! ».
Pour mémoire, à  la suite d'une réunion entre les acteurs du MPB le jeudi 23 septembre au matin, les responsables de groupements de producteurs et du MPB avaient décidé communément de ne plus faire qu'une séance de cotation par semaine. Le rendez-vous du lundi devait être annulé, et ce pour une durée indéterminée. Cette décision faisait suite à  un souhait des abatteurs qui voulaient le lundi 20 septembre dernier obtenir une baisse des cours de 2 centimes (1,18 €/kg C au lieu de 1,20 €/kg C).

 Connexion à l'espace Abonné

Nom d'utilisateur: et mot de passe requis
Mot de passe oublié ? ×