Publié le 10/11/2010 à 15h45 /

La FNSEA à  la rencontre des régions

// Les syndicalistes nationaux, dont le secrétaire général Dominique Barrau et la vice-présidente Christiane Lambert, sont venus à  Agen débattre avec les responsables des fédérations régionales.

À l'occasion de cette venue des responsables de la FNSEA à  Agen, le président de la FRSEA Aquitaine Henri Biès-Péré était entouré de ses collègues des départements d'Aquitaine et Midi-Pyrénées © La Voix de la Terre
Dans le cadre de la campagne syndicale de la FNSEA et de son réseau départemental, la FDSEA de Lot-et- Garonne par son président Jean-Luc Poli a accueilli à  Agen le vendredi 5 novembre les membres des FDSEA d'Aquitaine et de Midi-Pyrénées.
Participaient également à  cette rencontre inter-régionale plusieurs représentants nationaux du syndicat agricole majoritaire, notamment Dominique Barrau, secrétaire général de la FNSEA, Christiane Lambert, vice-présidente, Patrick Ferrère, directeur général, et Nancy Fauré, membre de l'équipe d'animation.
Problématiques locales et régionalesCette journée a permis d'aborder les problématiques locales et régionales. Chacun a largement pu s'exprimer sur la gestion syndicale des dossiers d'actualité relatifs au revenu des agriculteurs et des filières (viande, lait, tabac) mais aussi sur le bilan de santé de la PAC. Et bien sûr pour ce rendez-vous des responsables professionnels du grand Sud-Ouest, le dossier de l'eau était incontournable. Un point précis des différentes démarches et négociations entreprises a permis de rappeler que des avancées ont été arrachées lors du dernier rendez-vous au cabinet du ministre de Jean-Louis Borloo, ministre de l'écologie, de l'énergie, du développement durable. Mais un travail important et déterminant reste à  concrétiser au plan régional et du bassin pour modifier les textes initiaux sur les volumes prélevables : le dossier n'est donc pas bouclé.
Patrick Férrère présentait quant à  lui les grandes tendances de la PAC après 2013. Pour ce faire, il s'appuyait sur les informations « distillées » par la Commission européenne. Christiane Lambert précisait à  cet égard que les outils de régulation auxquels pensent les agriculteurs sont abandonnés par Bruxelles. La Commission, dans sa nouvelle approche, limite la régulation à  une simple gestion de crise, « ce qui n'est pas la même chose, et en plus avec des moyens financiers limités », regrette la vice-présidente de la FNSEA.
Toujours au chapitre international, le débat a porté également sur les distorsions de concurrence des coûts de production, sur les zones défavorisées, la compensation de handicap
Ces sujets faisaient l'objet de nombreux échanges entre responsables départementaux et nationaux. Au terme de ces discussions, Dominique Barrau et Christiane Lambert présentaient les grands axes du rapport d'orientation du prochain congrès de la FNSEA. Ce projet qui vise à  « inscrire les exploitations agricoles dans une croissance durable » sera présenté durant l'hiver dans les départements et régions afin d'être discuté voire amendé et enrichi avant le congrès national qui aura lieu à  Saint-Malo, en mars 2011.
Marie-France Bonneau

 Connexion à l'espace Abonné

Nom d'utilisateur: et mot de passe requis
Mot de passe oublié ? ×