Publié le 10/11/2010 à 16h20 /

Redorer l'image des métiers agricoles auprès des collégiens

// Des exploitants FDSEA et JA des Landes ont démarré à  Dax une tournée dans les collèges des Landes pour présenter les métiers agricoles aux élèves de 3e, avec l'objectif de redorer l'image d'un secteur mal connu.

Témoignages de Geneviève Bagnères et Nicolas Gemain et échanges avec les élèves ont rythmé la première présentation des métiers agricoles en classe de 3e, au collège Léon des Landes de Dax © D.M / Le Sillon
Lundi 8 novembre dernier, les élèves de 3e du collège Léon des Landes à  Dax, ont découvert les métiers de l'agriculture dans le cadre de l'option découverte professionnelle (ODP). Une première pour ce collège en milieu urbain. Une première aussi pour la FDSEA et les JA qui animaient la présentation avec le soutien de la mallette pédagogique.
Pour rappel, cette mallette est un outil méthodologique de promotion des métiers agricoles, à  destination des collégiens et lycéens et mis au point par quatre organisations professionnelles agricoles : JA, FNSEA, APCA et Anefa1. Elle contient un guide des métiers, un DVD sur le secteur agricole et sur le métier d'agriculteur, des fiches formations etc., constituant un précieux support pour les interventions devant les classes.
Susciter des vocationsL'objectif de la démarche est de lutter contre l'érosion démographique dans le milieu agricole. Et le renouvellement indispensable des actifs passe de plus en plus hors du cadre familial. Les professionnels espèrent donc dans ce projet réussir à  redorer l'image d'une agriculture souvent considérée comme décalée.
Dans les Landes, 24 des 44 collèges proposant l'option ODP ont demandé une intervention dans le courant de l'année scolaire. Le collège Léon Blum démarrait donc cette tournée de communication dans les établissements scolaires. Face à  une quinzaine d'élèves, très éloignés du milieu agricole pour la plupart, deux exploitants, Geneviève Bagnères Labaste et Nicolas Gemain ont répondu aux questions et témoigné de leur métier, en suivant le fil du diaporama proposé par la mallette. L'intervention insiste notamment sur les atouts du métier : « On est son propre patron et on peut donc gérer son emploi du temps comme on veut. J'ai par exemple décidé de peu travailler le mercredi pour m'occuper de mes enfants » signale Geneviève, tandis que Nicolas enchaîne sur la diversité des activités : « Dans la même journée, je suis tour à  tour mécanicien pour réparer une machine, conducteur d'engin, comptable. Je dois savoir vendre mes produits et connaître la physiologie des plantes. C'est pour cela que je me suis installé dans l'agriculture ». Il insiste aussi sur l'importance des nouvelles technologies en agriculture. Un argument important pour les jeunes générations : « Je travaille avec l'informatique et le GPS au quotidien. Il ne faut pas croire que les agriculteurs sont rétrogrades. Nos méthodes de travail sont très modernes ».
Tordre le cou aux préjugésAutre idée trop répandue à  laquelle les intervenants ont tordu le cou : il faut être fils d'agriculteur pour s'installer. « On peut démarrer en louant des terres et de nombreux organismes sont là  pour accompagner les projets ». Cela dit, les candidats attirés par l'agriculture peuvent aussi devenir salariés : « La palette des métiers est vraiment très large, de la production à  la transformation, en passant par les services et cela pour tous les niveaux de formation, du BEPA à  l'ingénieur. Chacun peut y trouver sa place ! » complète Geneviève.
Dans le difficile contexte économique actuel, les agriculteurs ont insisté sur le taux élevé d'insertion professionnelle : « Il y a un réel manque de main-d'oeuvre dans ce secteur, il est donc facile de trouver un emploi sitôt les études terminées ». Au final, élèves et professeur ont vivement apprécié cette plongée dans le milieu agricole. Aura-t-elle suscité des vocations ? L'avenir le dira. Certains jeunes avouent avoir découvert un secteur d'activité finalement « pas trop dépassé », avec « des métiers sympas ». Lisa semble convaincue : « Pourquoi pas ? J'aime la nature et les animaux. Ces témoignages m'ont donné une autre vision des choses ». Dominique Maurel 1. Association nationale pour l'emploi et la formation en agriculture

 Connexion à l'espace Abonné

Nom d'utilisateur: et mot de passe requis
Mot de passe oublié ? ×