Publié le 02/12/2010 à 15h57 /

Tremblante ovine : le point sur le dispositif de lutte

// Depuis plusieurs années, la filière ovine des Pyrénées-Atlantiques a réalisé un travail important en matière de lutte contre la tremblante pour protéger les cheptels de la maladie, faire face aux nouvelles réglementations et protéger l'ensemble de la filière et garantir l'accès aux marchés.

© Y.A / Le Sillon
Tous les éleveurs ovins lait du bassin ont été consultés fin 2009 afin de disposer d'un inventaire précis des béliers présents dans les élevages, renseigné des résultats des génotypes. Tous les inventaires retournés ont été analysés. Cette vaste démarche a permis de faire un état des lieux de la résistance dans le cheptel des béliers. À partir de cet état des lieux, la filière a bàti un plan d'actions en vue de renforcer la résistance dans les troupeaux. Tous les organismes acteurs sur ce sujet ont décidé de redéployer leurs interventions (technique et financière). Les objectifs redéployés à  court terme en races locales sont les suivants :
- Élimination de tous les béliers S/S dans un délai de deux campagnes (2010-2011 et 2011-2012).
- Accélération de la création de béliers ARR/ARR.
- Déploiement de la diffusion des béliers ARR/ARR, soit par achat, soit par des typages « utiles » avec garantie d'un rendement minimum.
Dispositif personnalisé pour chaque élevage Ces objectifs ont été déclinés en actions personnalisées, proposées à  chaque éleveur en fonction de la situation de son cheptel de béliers. Ces jours derniers tous les éleveurs qui ont participé à  la « démarche inventaire » ont reçu un nouveau courrier comprenant :
- un nouvel inventaire pour faire les mises à  jour 2010.
- une offre personnalisée établie suite à  l'analyse de l'inventaire 2009 avec dans certains cas des « bulletins d'intentions ».
Pour ceux qui ne l'ont pas encore fait, le GDS demande de renvoyer les documents que vous avez reçus.
L'offre en béliers ARR/ARR s'organise La nouvelle campagne de typage des béliers est largement entamée et déjà  de nombreux éleveurs se sont inscrits pour pouvoir renouveler leurs béliers avec des béliers ARR/ARR. Pour trouver des béliers ARR/ARR, les éleveurs ont la possibilité d'acheter des animaux adultes ou bien des jeunes.
Concernant le bélier adulte, le centre départemental de l'élevage ovin organise chaque année deux ventes dont celle de décembre — la plus importante — qui permet de présenter une centaine de béliers. Deux tiers de ces animaux sont des béliers de 1 ou 2 ans sélectionnés sur des parents de très bonnes origines. L'autre tiers est composé d'animaux confirmés sur descendance. Cette année la vente aura lieu le mercredi 8 décembre.
La seconde vente en mai est surtout une « vente de dépannage » pour les éleveurs manquant de béliers juste avant les luttes. Cette vente concerne essentiellement des animaux indexés qui ne seront pas utilisés à  l'IA.
Concernant les jeunes béliers : il s'agit d'animaux issus d'IA, typés dans les élevages et vendus sevrés par les éleveurs naisseurs.
Les partenaires du programme départemental de typage mettent à  la disposition des acheteurs potentiels un fichier des éleveurs naisseurs ayant des petits béliers à  vendre. Ce fichier sera complété au fur et à  mesure des naissances et des résultats obtenus chez les éleveurs naisseurs. Pour avoir accès au fichier des éleveurs vendeurs, il convient d'appeler l'interprofession ovine au 05.59.80.70.28.
Attention : les précautions sanitaires La commercialisation des béliers, comme celle de tous les ovins, doit tenir compte des réglementations et recommandations sanitaires, notamment en ce qui concerne l'agalactie contagieuse. Les dispositions applicables dépendent de la situation de chaque troupeau vis-à -vis de la maladie, mais aussi de la zone à  laquelle ils appartiennent. Le tableau ci-dessous résume ces dispositions, qui représentent l'un des socles de la lutte contre la maladie, et en particulier de l'objectif prioritaire fixé par la filière : éviter qu'elle continue de s'étendre.
En outre, concernant les élevages qui ont pratiqué la vaccination, la vente d'animaux n'est pas possible, en raison notamment des conséquences de la vaccination sur les résultats des analyses de sang.
Chambre d'agriculture, CDEO, GDS et Interprofession

 Connexion à l'espace Abonné

Nom d'utilisateur: et mot de passe requis
Mot de passe oublié ? ×