Publié le 16/12/2010 à 15h55 /

Vivadour affiche de bons résultats

// Christophe Terrain, président de la coopérative gersoise, a présenté le bilan de son exercice 2009/2010 au cours duquel Vivadour a mis en oevre un plan d'urgence pour soutenir ses adhérents fragilisés par une forte dégadation de leur revenu.

Vivadour, avec un chiffre d'affaires de 327 millions d'euros, regroupe près de 5.000 adhérents et emploie 850 salariés. Son activité est composée de cinq « métiers ». L'activité dite « territoriale » représente 47 % du chiffre d'affaires. Viennent ensuite les productions animales (33 %), les semences (11 %), la viticulture (4 %) et les services (5 %). L'exercice 2010 aura été marqué par une forte dégradation des revenus des exploitations du territoire de Vivadour. Chute des cours des matières premières, conditions climatiques défavorables, céréales, aviculture, viticulture, viande bovine Aucune production n'a été épargnée. « Tension sur la trésorerie, décapitalisation, perte de confiance dans l'avenir et les structures, ont été au coeur de nos rencontres avec les adhérents » constate le président Christophe Terrain. Cette situation a amené le conseil d'administration à  mettre en oeuvre un plan d'urgence qui s'est traduit par un soutien aux trésoreries des exploitations. 430.000 tonnes de céréales collectées En 2009, Vivadour a collecté 430.000 tonnes de céréales avec des évolutions d'assolement vers le tournesol, blé et colza au détriment du mais. Dans le domaine des semences de mais le partenariat avec Dupont-Pioneer a permis à  Vivadour de limiter la baisse du programme de multiplication 2010. En semences potagères, GSN Semences a connu une croissance soutenue et est devenu leader national dans la production des espèces ouvertes. Gondian dans le secteur des potagères amateur a subi la baisse liée à  la crise et au printemps difficile. Avec l'évolution de la PAC, une partie des revenus agricoles sera conditionnée par des pratiques « sociétales, durables ». Vivadour a anticipé cette mutation en créant une unité spécifique « services aux agriculteurs » basée sur quatre piliers :
- l'habilitation pour le système du conseil agricole, une couverture pour nos adhérents quant aux exigences de conditionnalité de la PAC,
- un pilier technologique par la création de l'extranet Diapason, outil interactif d'enregistrement et de traçabilité des pratiques agricoles,
- la création d'indicateurs de durabilité par la mise en place de ferme de références dans le cadre du plan Ecophyto 2018,
- l'adhésion à  la charte du conseil coopératif garantit l'indépendance entre la prescription technique et les considérations commerciales.

 Connexion à l'espace Abonné

Nom d'utilisateur: et mot de passe requis
Mot de passe oublié ? ×