Publié le 16/12/2010 à 16h40 /

Soeix, support expérimental de la filière ovine

// La filière peut désormais s'appuyer sur la ferme du lycée d'Oloron-Soeix pour mener des essais d'alimentation des brebis laitières.

Des brebis basco-béarnaises ou Manech à  2,5 litres/brebis en début de traite et sans tourteau de soja, c'est possible. Les organisations professionnelles de la filière lait de brebis peuvent désormais s'appuyer sur la ferme du lycée d'Oloron-Soeix pour mener ce type d'essai. Ainsi, l'essai mis en place durant l'hiver 2009-2010 visait à  évaluer l'intérêt d'incorporer dans l'alimentation des brebis laitières des matières premières (protéagineux, légumineuses, oléoprotéagineux) autres que le tourteau de soja.

Un nouveau site expérimental au lycée agricole d'Oloron

La ferme du lycée agricole d'Oloron-Soeix devrait devenir un support important d'expérimentation et de démonstration de la filière lait de brebis des Pyrénées-Atlantiques. Les échanges initiés en 2009 entre les responsables du lycée et les organisations de la filière (chambre d'agriculture, CDEO, Interprofession, syndicat Ossau-Iraty, AREOVLA, GDS 64 réunis au sein du GIS id64) ont débouché sur la mise en place d'un programme qui va dans ce sens. L'entreprise Evialis s'implique aussi fortement sur ce projet, complétant ainsi sa démarche d'expérimentation et de spécialiste de la production ovine.
Ce rapprochement technique entre le centre d'enseignement, les organisations professionnelles et l'environnement économique répond aux objectifs des politiques impulsées par le conseil régional d'Aquitaine. Il doit s‘inscrire dans le long terme.

Quelle alternative au soja ?

Le tourteau de soja est une matière première très intéressante pour la production laitière du fait de sa richesse en protéine. Toutefois, c'est un produit d'importation souvent issu de cultures OGM. Pour garantir un approvisionnement non-OGM, il faut passer par des circuits spécifiques. C'est notamment le cas pour la filière AOP Ossau-Iraty qui a exclu les OGM (cahier des charges).
Par ailleurs, il est important que la filière privilégie, lorsque c'est possible, une production locale ou régionale des sources de protéine pour l'alimentation animale.
Outre les protéagineux (pois, lupin, féverole) ou les légumineuses, les oléoprotagineux tels que les tourteaux de colza et de tournesol constituent une alternative intéressante, compte tenu des possibilités et de l'intérêt de ces cultures au plan régional.

Protocole de comparaison

L'essai a été mené sur 2 lots de 45 brebis chacun, durant 6 semaines en début de lactation (janvier, février). Deux lots équilibrés (même production laitière) sont constitués à  partir d'un premier contrôle laitier. Les brebis ne sortent pas. Elles reçoivent une ration de base de 1 kg de foin de luzerne et 900 g de regain de prairie permanente, complétée de 900 g par jour de granulés, riches notamment en luzerne déshydratée et pulpe de betterave. Les lots se différencient par la partie azotée :
- L'aliment témoin apporte 250 g par jour de tourteau de soja.
- L'aliment essai apporte 120 g de colza, 110 g de tourteau de colza et 70 g de mais gluten 62 %.
Ainsi, chaque lot reçoit les mêmes quantités de fourrages et concentrés, les apports en énergie et en azote sont identiques. Les consommations de fourrages sont contrôlées deux fois par semaine (pesée du distribué et des refus).

Des productions laitières comparables

Les brebis produisaient 2,4 l/brebis/jour à  la mise en lot, puis 2,17 au premier contrôle, 1,82 au deuxième et 1,45 au dernier : les productions sont restées comparables pour les 2 lots. Les écarts de taux protéique entre les lots soja (S) et tournesol-colza (TC) sont restés stables, alors que l'on a noté une augmentation plus rapide du taux de matière grasse avec le colza tournesol. La production laitière standardisée (c'est-à -dire corrigée des écarts de taux) est sensiblement identique. Les accroissements de poids et de réserves corporelles ont été similaires sur les 2 lots en essai.
Ces résultats montrent que ce n'est pas le fait de distribuer du soja ou du colza qui importe, mais le fait de couvrir précisément le besoin des animaux en veillant à  apporter et équilibrer les rations en nutriments (UFL, PDI) dont ils ont besoin.

Essai 2011 : étude de l'effet des matières grasses

Un nouvel essai est en cours. Il porte sur l'effet des matières grasses. Toujours dans le contexte d'un approvisionnement protéique local (utilisation des tourteaux gras, drêches de mais de l'usine de Lacq), du respect du cahier des charges AOP Ossau-Iraty, l'essai qui démarre en décembre 2010 vise à  évaluer l'impact d'une ration plus riche en matières grasses sur la production laitière (quantité, taux), sur la composition fine de la matière grasse, et sur l'état des animaux et la capacité à  améliorer le prix du lait. Cet essai regroupe les mêmes partenaires (CDA64, CDEO, lycée, Evialis).
Il participe à  un programme transfrontalier en collaboration avec l'Institut Neiker qui mène des essais comparables sur la brebis latxa (domaine d'Arkaute Vitoria), avec le soutien du fond de coopération Aquitaine Euskadi géré par la région Aquitaine.

Mathilde Poivre (LPA Oloron),
Odile Sallato et Jean-Michel Cami (CDEO),
Jean-Louis Courty et Vincent Vierge (Evialis)
Jean-Marc Arranz (GIS-ID64/CDA64)

Les partenaires
- Les responsables de l'exploitation agricole du lycée.
- Le CDEO (Centre départemental de l'élevage ovin).
- La chambre d'agriculture des Pyrénées-Atlantiques (pour le GIS)
- La société Evialis.
L'essai a bénéficié par ailleurs d'un soutien et d'une participation du conseil régional d'Aquitaine.
Ration début de traite
- Basco-béarnaise, format 65 kg.
- Production au premier contrôle : 2,4 litres/brebis.
- Foin de luzerne : 1 kg.
- Regain : 0,9 kg.
- Complément : 0,90 kg (protéagineux, pulpe et luzerne déshydratée).
- Mais : 0,4 kg.

 Connexion à l'espace Abonné

Nom d'utilisateur: et mot de passe requis
Mot de passe oublié ? ×