Publié le 13/01/2011 à 12h35 /

Les chantiers 2011 de la chambre d'agriculture 64

// À l'occasion de la traditionnelle cérémonie des voeux, le jeudi 6 janvier à  Pau, le président de la chambre d'agriculture des Pyrénées-Atlantiques, Jean-Michel Anxolabéhère a listé les chantiers à  mettre en oeuvre ou à  accompagner en 2011.

Comme le précisaient le président Anxolabéhère et le vice-président Guy Estrade, l'un des dossiers phares de la chambre d'agriculture sera, pour 2011, celui de l'installation des jeunes agriculteurs © G.M / Le Sillon
Pour Jean-Michel Anxolabéhère, l'embellie qui fait apparaître en 2010 au plan national une hausse de 66 % n'est donc qu'un trompe l'oeil. Elle ne gomme pas la baisse observée depuis plusieurs années (notamment - 46 % entre 2007 et 2009). La progression s'explique essentiellement par la volatilité des cours des céréales. Volatilité qui se traduit certes par une augmentation du revenu des céréaliers, mais ils avaient subi de fortes baisses les années antérieures (- 12 % de moyenne triennale). Volatilité qui se traduit aussi par une forte augmentation des coûts de production pour les filières animales. La situation est ainsi « alarmante » pour certains éleveurs des Pyrénées-Atlantiques, c'est pourquoi, « 2010 est une année à  vite oublier » estime M. Anxolabéhère.
Fond de garantie bovin
Dans ce contexte, la chambre d'agriculture va être amenée à  conduire des actions spécifiques en 2011 : en premier lieu, la mise en place d'un fond de garantie pour l'engraissement. Le projet, en cours d'élaboration devrait voir le jour dans les mois à  venir.
Le président insistait ensuite sur le conseil aux entreprises qui sera intensifié en 2011. Un accompagnement différencié selon les zones, les productions, les exploitations précisait le vice-président Guy Estrade. En 2010, la chambre avait été amenée à  recevoir plus de 150 jeunes agriculteurs dans leur projet d'installation. Elle a aidé 1.620 agriculteurs pour les déclarations PAC. Et en partenariat avec la MSA et le conseil général, plus de 250 agriculteurs fragilisés par la crise ont été accompagnés dans leur plan de relance. La chambre assoit son conseil aux exploitants sur une base de données constituée gràce à  un réseau de 100 fermes de références et de 200 diagnostics technico-économiques.
En matière d'élevage ovin, l'identification électronique ovine est désormais effective : M. Anxolabéhère réitérait sa demande auprès du DDTM d'une dérogation pour les agnelles destinées à  remplacer les réformes « en cohérence avec celle sur les agneaux destinés à  la boucherie ».
Autre fait majeur, la Ferme en ville fin juin à  Bayonne avait permis de donner le coup d'envoi du Pôle Élevage 64, lequel rassemble le CDEO, le GDS, Bovins croissance et la chambre d'agriculture. La chambre aura aussi été très présente sur le dossier de l'eau. Les (vifs) débats ne sont pas clos et « l'enjeu est vital pour les irrigants et l'économie départementale ».
Sur le volet foncier, le président annonçait la réalisation de la charte départementale agriculture/urbanisme et territoire qui devrait être présentée au cours de l'année. Concernant la montagne, la chambre participera activement à  l'étude stratégique sur l'agropastoralisme après 2013.
Au chapitre « Promotion – Agriculture de proximité 
», la participation au Salon de l'agriculture de Paris au mois de mars prochain devrait être « un grand cru » gràce à  la participation de 55 entreprises et 180 produits, 30 viticulteurs et 120 échantillons de vin. Cette opération qui avait été auréolée d'un éclatant succès est menée avec le soutien du conseil général et du comité départemental du tourisme. Ce rendez-vous (du 19 au 27 février 2011) permettra une nouvelle fois « de mettre sur la scène le savoir-faire et les produits de qualité du département ».
Enfin 2011 sera l'année de la mise en place de la loi de modernisation agricole ainsi que de la poursuite des discussions sur la PAC 2014-2020. « Nous assumerons pleinement nos responsabilités sur ces deux dossiers, assurait M. Anxolabéhère, car nous nous devons d'être présents pour défendre et représenter les intérêts des Pyrénées-Atlantiques ».
Guy Mimbielle
Installation et OPA
Comme le précisait Jean-Michel Anxolabéhère, l'un des dossiers phares de la chambre d'agriculture sera, pour 2011, celui de l'installation des jeunes agriculteurs. Depuis le 1er janvier de cette année, il incombe en effet aux chambres d'agriculture d'assumer cette responsabilité. « Nous sommes prêts, le dispositif a été validé par la profession et par la session », assure le président.
Un nouveau comité d'orientation Installation a été créé : il regroupera l'ensemble des partenaires concernés par l'installation sous la responsabilité de Nicolas Bernatas, président des Jeunes Agriculteurs. « Nous avons conforté l'équipe de conseillers avec le recrutement de trois agents de l'Adasea, le numéro vert est en place et nous avons fait en sorte qu'il n'y ait pas de rupture dans l'instruction des dossiers », précise M. Anxolabéhère auquel « il tient particulièrement à  coeur » de réussir cette nouvelle mission. En effet, l'avenir de la profession agricole passe obligatoirement par le renouvellement des générations.
Au-delà  de l'installation des jeunes agriculteurs, 2011 devra également être « l'année du rapprochement » avec l'ensemble des organisations professionnelles agricoles, estime le président de la chambre d'agriculture qui met en avant la mutualisation des moyens afin d'être plus efficaces.

 Connexion à l'espace Abonné

Nom d'utilisateur: et mot de passe requis
Mot de passe oublié ? ×