Publié le 04/02/2011 à 14h31 /

Le réseau d'une ASA landaise en un clic

// Confrontées à  de nouvelles contraintes réglementaires, les associations d'aménagement hydraulique n'en oublient pas de préparer l'avenir avec un outil informatique pour faciliter les relations avec les partenaires.

Après l'état des lieux dressé par Julien Rabe, service hydraulique (devant à  gauche) sur les nouveaux classements des cours d'eau, Christelle Pugnetti de la FDASAH et Pierre Delage, géomaticien de la chambre d'agriculture ont présenté l�
Comme l'indiquait, le président Jean Henri d'Orglandes dans son discours d'ouverture de l'assemblée générale de la fédération des associations et collectivités pour l'aménagement hydraulique des terres agricoles (FDASAH des Landes), « l'année 2010 aura été marquée, pour le secteur de l'irrigation, par la bataille de l'eau. D'autres obstacles s'annoncent maintenant sur le classement des cours d'eau et la réglementation sur les barrages ». Concernant les volumes prélevables, le président a salué le travail de ceux qui ont réussi à  obtenir un résultat plus conforme aux besoins de la profession. « Vous savez tous combien les premiers chiffres étaient éloignés de notre réalité et les conséquences de ces décisions se seraient traduites par une diminution importante des surfaces irrigables, voire même par la disparition d'exploitations agricoles ».D'autres obstacles  à  l'irrigation
Cependant, ce travail n'est qu'une première étape, et que les irrigants auront demain encore et toujours à  justifier, défendre le droit de l'eau face à  « quelques composantes d'une société qui ne pense qu'à  interdire l'irrigation ». Alors que la partie n'est pas gagnée sur les volumes prélevables, les irrigants vont devoir maintenant défendre leur position face à  de nouvelles contraintes pour la création de ressources. En effet, afin de réduire l'impact des seuils et barrages sur la qualité des milieux aquatiques, la loi dite Grenelle 2 conduit à  l'interdiction de tout nouvel ouvrage (pisciculture, barrage) sur certains cours d'eau. Sur d'autres, les ouvrages devront être mis en conformité pour permettre la continuité écologique. En outre, les ouvrages hydrauliques, même les plus petits, se voient visés par de nouvelles exigences, souvent excessives, en matière de sécurité. L'organisation de la profession pour faire face à  ces nouvelles contraintes sera au programme de l'assemblée générale de l'AGIL (Association de gestion de l'irrigation landaise) le 9 mars à  Tartas. Dans ce contexte difficile, la FDASAH étend sa mission au service des ASA en proposant à  leurs présidents le logiciel ASA réseau créé avec le concours de la chambre d'agriculture et de l'IGECOM 40 (voir ci-dessous). L'outil permet non seulement à t chaque ASA qui le souhaite de visualiser ses réseaux sur cadastre et sur photo aérienne, mais aussi d'enregistrer tout son historique : les caractéristiques précises de l'équipement mis en place et sa géographie exacte, entretien, pannes, documents divers. Pour Christelle Pugnetti, chargée d'étude à  la fédération, « l'outil devient alors la mémoire de l'ASA. Même en l'absence du président, il est facile d'indiquer rapidement, par exemple lors d'une panne, aux fournisseurs ou aux pompiers où se situe une borne. La commande de la bonne pièce est rapide ». Serge Tintané, président d'ASA, estime que la possibilité de diffusion de l'information concernant l'ASA est aussi un atout pour protéger les ouvrages hydrauliques et les terres agricoles irriguées. « Les communes et les autres aménageurs savent ainsi où sont les terres agricoles irriguées et où passent nos réseaux et y font attention ». L'échange de données avec les collectivités territoriales et avec les aménageurs (pour le transport d'électricité, de gaz, de téléphone) est en effet prévu dans le cadre du partenariat avec IGECOM 40.
La fédération invite les présidents ou membres du bureau qui souhaitent moderniser leur association gràce à  cet outil, à  une formation gratuite sur son utilisation. Elle se déroulera à  l'automne 2011. « Cette formation collective est intéressante car elle permettra des échanges entre nous et une appropriation rapide du logiciel qui est ludique, facile à  maîtriser et peut nous rendre service ».
Dominique Maurel

IGECOM 40
Cette plate forme de données géographiques départementales offre la possibilité, pour les collectivités adhérentes, de consulter leur cadastre à  partir d'un poste bureautique. Un simple clic sur la parcelle et diverses informations nécessaires à  la mise en oeuvre des politiques d'aménagement du territoire s'affichent à  l'écran. Toute information localisable dans l'espace peut, dans l'absolu, être représentée sur le cadastre informatisé. Il est possible, par exemple, de visualiser la desserte en réseaux d'eau et d'électricité, le nombre d'arrêts de bus qui y est implanté, les entreprises par type d'activité, mais aussi les données agricoles telles les périmètres de chacune des ASA, les distances d'épandage obligatoires, les types de gestion forestière, etc.

 Connexion à l'espace Abonné

Nom d'utilisateur: et mot de passe requis
Mot de passe oublié ? ×