Publié le 11/02/2011 à 10h36 /

Euralis propose des contrats de progrès à  ses coopérateurs

// Le groupe coopératif béarnais, qui a clotûré son exercice 2009-2010 sur des résultats en hausse, veut renforcer sa position de partenaire de confiance des professionnels de l'agriculture et de l'alimentaire.

Le retour à  une croissance, enregistré lors du dernier exercice, conforte Christian Pèes et Pierre Couderc, respectivement président et directeur général du groupe coopératif Euralis, dans les nouveaux axes stratégiques © F.B / Le Sillon
Les dirigeants du groupe coopératif Euralis ont conscience de vivre une époque charnière. Après le ralentissement observé lors de la campagne précédente, l'exercice 2009-2010 a été marqué par le retour d'une croissance soutenue qui conforte les orientations stratégiques. Malgré tout, dans un contexte agricole empreint d'incertitudes, les responsables de la structure souhaitent impulser une nouvelle dynamique. Pour cela, ils entendent s'appuyer sur des valeurs enracinées au sein de l'esprit coopératif : la proximité et la confiance. « Le monde agricole est perturbé. Nous nous devons de réagir en donnant une nouvelle impulsion à  notre coopérative, considère le président, Christian Pées, nous voulons construire cela autour de nos valeurs historiques ». L'objectif est aussi bien de maintenir une croissance rentable pour la structure que de permettre une amélioration du revenu agricole. « C'est un réel engagement que nous souhaitons prendre », insiste-t-il.Naissance des « contrats de progrès »
La création des « contrats de progrès » se situe au coeur de cette démarche. Ce nouvel outil propose un accompagnement individualisé à  chaque adhérent. Cette initiative ne doit pas être confondue avec les démarches de contractualisation qui fleurissent dans certaines filières. Basés sur le volontariat, ces contrats visent à  « accompagner les adhérents et à  construire ensemble », précise Pierre Couderc, directeur général. Au moins 300 engagements devraient être concrétisés dès cette année et l'objectif est d'en conduire 5.000 à  l'horizon 2013. Au cours de la campagne 2010/2011 (arrêtée au 31 août), Euralis a renoué avec des résultats économiques en hausse. Le chiffre d'affaires net enregistre une augmentation de 2,1 % et le résultat d'exploitation a atteint 20,3 millions d'euros (+ 12 millions). Du reste, gràce à  une meilleure maîtrise des frais financiers, le résultat net redevient positif (7 millions d'euros). Dans le même temps, la coopérative a procédé à  des réorganisations, le groupe étant toujours divisé en trois pôles. Après une phase de croissance accélérée, ces démarches illustrent la volonté des dirigeants d'engager une nouvelle dynamique. « Nous nous situons sur des créneaux à  forts potentiels et nous voulons tirer la quintessence de nos positionnements », analyse Pierre Couderc. Dégageant respectivement 35 % et 53 % du résultat d'exploitation, les pôles alimentaire et semences demeurent les locomotives de la rentabilité de la coopérative. Gràce à  son expertise et son statut de leader, le pôle semences poursuit sa croissance (9 % de chiffre d'affaires). À cet égard, Euralis affiche sa volonté de rester indépendante en renforçant aussi bien sa position de pionnier dans les pays de l'Est que dans son territoire historique du Sud-ouest de la France. Depuis le 1er octobre 2010, le pôle alimentaire est restructuré autour de trois axes (restauration gastronomique, grande consommation et restauration hors domicile). En outre, « l'amélioration des résultats globaux vient en partie du redressement de l'activité alimentaire », commente le directeur financier, Frédéric Pellegrin. Principalement orienté vers le foie gras, le pôle alimentaire bénéficie aujourd'hui d'un marché porteur qui laisse augurer une croissance sensible des résultats. et légitime l'appétit des dirigeants. D'ailleurs le dernier bilan de la saison festive fait état d'une progression des ventes aussi bien sur les marques Monfort (13,5 %) que Rougie (5 %).Faire face à  la volatilité
En revanche, au cours de la campagne 2009-2010, le pôle agricole a subi de plein fouet le contexte du marché des céréales, la hausse des cours ayant eu lieu en fin d'exercice. Malgré tout, les volumes collectés ont enregistré une augmentation sensible. À l'avenir, Euralis mise sur plusieurs orientations stratégiques afin de redresser la barre. Tout d'abord une optimisation des outils de travail. Une première expérience menée en Bigorre vis-à -vis du transport du mais « a démontré une économie de 6 euros par tonne », note Pierre Couderc. Face à  la volatilité des cours, la coopérative veut aussi aider ses adhérents à  gérer les risques mais aussi à  conquérir de nouveaux débouchés, à  l'image du chanvre. Dans le même esprit, un nouveau portail internet, baptisé « Terre Vive », va être ouvert dès le printemps afin de procurer un lieu de partage et de favoriser les réseaux. L'ensemble de ces démarches traduit la volonté de la coopérative de se positionner comme un partenaire privilégié des agriculteurs et du monde agroalimentaire. La nouvelle identité visuelle du groupe vient illustrer cette détermination.
Fabien Brèthes
En chiffres
Le groupe Euralis regroupe environ 15.000 agriculteurs et emploie plus de 5000 salariés sur 15 sites en France et 14 dans 12 pays différents (Canada, Mexique, Chili, Allemagne, Espagne, Roumanie, Bulgarie, Ukraine, Turquie, Hongrie, Russie et Chine). Pour 2009-2010, le chiffre d'affaires s'est élevé à  1,242 milliard d'euros (pôle alimentaire 522 M€ d'euros, pôle semences 112 M€, pôle agricole 531 M€). Au cours de cet exercice, le résultat net a enregistré une forte progression pour s'établir à  7 M€. L'objectif affiché par les dirigeants est d'assurer une croissance comprise entre 0 et 2 % et un résultat net de 10M€ lors de l'exercice en cours. Durant la campagne 2009-2010, Euralis a collecté 862.165 tonnes de céréales.
Un nouveau directeur au pôle alimentaireGiampaolo Schiratti est le nouveau directeur général du pôle alimentaire de la coopérative Euralis. Cet ingénieur de formation exerce depuis plus de 25 ans dans le secteur de l'agroalimentaire. Sa carrière a notamment été jalonnée par des passages chez Marie, Lesieur ou encore Bonduelle. Le pôle alimentaire, créé le 1er octobre 2010, regroupe désormais l'ancienne entité « Euralis Gastronomie » ainsi que toutes les autres activités alimentaires du groupe. Il est organisé autour de trois « business units » : Rougié, grande consommation et proximité. Un nouveau logoDepuis le 8 février, l'identité visuelle de la coopérative Euralis a évolué. Cette démarche émane de la volonté du groupe d'afficher un message plus transversal, où les notions de partenariat et de confiance sont mises en avant. Ce nouveau logo a été élaboré par l'agence parisienne Braud'Val et dispose d'un graphisme plus moderne. « Son coloris, le vert, fait référence à  notre origine agricole. La liaison, au coeur du nom, symbolise l'interaction humaine et la notion de partenariat qui est au coeur de l'esprit coopératif et des activités d'Euralis depuis sa création, il y a 75 ans », commentent les responsables de la structure. Le portail internet va évoluer La coopérative Euralis souhaite développer des outils modernes afin d'offrir « un lieu de partage et d'information à  ses adhérents ». Le portail « Terre Vive » devrait comprendre deux volets. Le premier sera ouvert à  tous et permettra d'accéder à  des informations générales. La seconde partie sera réservée aux adhérents et regroupera un contenu plus professionnel. Actuellement en phase de test, le nouveau portail devrait ouvrir officiellement au mois d'avril.

 Connexion à l'espace Abonné

Nom d'utilisateur: et mot de passe requis
Mot de passe oublié ? ×