Publié le 02/12/2011 à 16h09 /

Un plan pour réduire de 25 % les antibiotiques en élevage

// Le ministère de l'Agriculture a lancé officiellement, le 17 novembre, un plan en 40 mesures visant à  réduire de 25 % en cinq ans l'utilisation des antibiotiques en médecine vétérinaire.

Il y a un plan de réduction de 50 % des pesticides d'ici 2018 dans le cadre du plan Ecophyto 2018. Le ministère de la Santé a élaboré un plan national de diminution de l'utilisation des antibiotiques en médecine humaine. Désormais la médecine vétérinaire est concernée avec son premier plan national pour réduire l'antibiorésistance a indiqué Jean-Luc Angot, directeur adjoint de l'alimentation, en charge du dossier au ministère de l'Agriculture. Annoncé début 2011 par Bruno Le Maire, ce plan national de réduction des risques d'antibiorésistance en médecine vétérinaire a été lancé officiellement le 17 novembre par le ministère de l'Agriculture. Il vise à  réduire de 25 % l'utilisation des antibiotiques dans les cinq ans qui viennent, tout en préservant de manière durable l'arsenal thérapeutique à  la disposition des professionnels, vétérinaires et éleveurs notamment. 40 mesures Pas moins de 40 mesures sont prévues réparties en cinq axes. Le premier porte sur la promotion de bonnes pratiques ainsi que la sensibilisation des acteurs aux risques liés à  l'antibiorésistance. Ainsi par exemple, un guide des bonnes pratiques de la prescription d'antibiotiques pour les vétérinaires sera élaboré. Chez les éleveurs, les visites sanitaires qui se pratiquent couramment dans les ateliers bovins seront étendues aux élevages porcins et avicoles. Deuxième axe, le développement de pratiques permettant d'éviter les recours systématiques aux antibiotiques. Jean-Luc Angot a ainsi évoqué l'encouragement à  la vaccination et à  la recherche de nouveaux antibiotiques, et la vulgarisation de techniques alternatives notamment. Ambitions internationales Troisième axe, l'encadrement et la réduction des pratiques à  risque en limitant par exemple la prescription des antibiotiques « critiques » dont il faut préserver l'efficacité pour l'homme. Parmi les mesures prévues, la limitation du recours à  certains types d'antibiotiques comme les fluoroquinolones chez les bovins, très utilisées pour le traitement des diarrhées néonatales, l'interdiction des céphalosporines sur les porcelets et les poussins, notamment à  titre préventif. Également prévu l'encadrement des pratiques commerciales liées à  la vente des antibiotiques qui lient souvent des vétérinaires aux laboratoires pharmaceutiques. Un décret en ce sens devrait être publié prochainement. Dans le viseur aussi la limitation des marges sur la vente d'antibiotiques par les vétérinaires et le renforcement des contrôles. Suivi renforcé Le quatrième axe vise à  renforcer le suivi de la consommation des antibiotiques. Ainsi il sera créé un observatoire au sein de l'Anses sur leur utilisation et des enquêtes seront menées auprès d'échantillons représentatifs de vétérinaires et d'éleveurs pour repérer les types d'élevage les plus gros consommateurs d'antibiotiques. Enfin le cinquième axe vise à  faire prévaloir les orientations françaises dans les enceintes internationales. Parce que la lutte contre l'antibiorésistance ne peut se limiter à  notre territoire. C'est déjà  en cours à  Bruxelles, avec l'annonce quasiment simultanée des orientations du Commissaire à  la santé et à  la politique des consommateurs John Dalli. Les douze orientations qu'il propose rejoignent les préoccupations françaises. Mais la partie sera plus difficile au sein de l'Office international de la santé animale (OIE). Comme elle l'a déjà  décidé depuis plusieurs années, la France souhaite que l'usage des antibiotiques comme facteur de croissance soit interdit partout dans le monde. Car selon Jean-Luc Angot, la principale cause de l'antibiorésistance est l'utilisation généralisée des antibiotiques dans l'alimentation des animaux.

 Connexion à l'espace Abonné

Nom d'utilisateur: et mot de passe requis
Mot de passe oublié ? ×