Publié le 06/03/2012 à 10h00 /

100.000 pétitions pour une revalorisation des retraites

// Jean-Paul Bizien, président de la section nationale des anciens exploitants de la FNSEA, se félicite du succès de la pétition contre la faiblesse des retraites agricoles.

Depuis le mois de juin 2011, les sections départementales des anciens exploitants (SDAE) se sont largement mobilisées dans les départements pour faire signer les pétitions. «Tout le monde y a participé, y compris les actifs, se réjouit Jean-Paul Bizien. Aujourd'hui, nous avons recueilli près de 100.000 signatures. Nous avons décidé de les remettre aux candidats à  la présidentielle», précise le président de la SNAE qui «donne rendez-vous à  nos délégations départementales d'anciens exploitants à  11h00, le 7 mars prochain, avec leurs pétitions chiffrées aux différents quartiers généraux de campagne» Jean-Paul Bizien invite les actifs à  se joindre aux délégations des anciens exploitants: «C'est un combat que nous livrons avant tout pour vous, actifs, qui seront retraités demain» Le président de la SNAE constate aussi que les différents plans d'amélioration des retraites agricoles ont permis de rapprocher les règles de calcul des minima de retraites agricoles de celles du régime général. «On peut s'en féliciter, commente-t-il mais ces avancées ont répondu, en partie seulement, à  nos revendications» Le niveau des pensions demeure, en effet, extrêmement faible. La moyenne des pensions des retraités agricoles qui ont travaillé une carrière complète est de 680€ par mois. «Cette situation ne peut pas durer!» s'indigne le président des anciens qui rappelle les principales revendications de la section: » Des retraites à  carrière complète à  75% du SMIC dès maintenant avec l'objectif d'atteindre 85% du SMIC.
» L'accès aux mesures de majorations des plus faibles retraites pour tous les non salariés agricoles ayant une carrière complète sans avoir à  justifier de 17,5 ans d'activité non salariée et la suppression des minorations en cas de carrière incomplète pour ceux qui n'atteignent pas le niveau du minimum vieillesse.
» La bonification pour enfant forfaitaire (la même pour tout le monde), l'application des 25 meilleures années.
» Le maintien des services de santé dans nos territoires ruraux. Le président de la SNAE demande, par ailleurs, la réouverture dans les plus brefs délais du débat sur la prise en charge de la dépendance: un débat «une nouvelle fois abandonné par les pouvoirs publics l'année dernière», déplore M. Bizien.

 Connexion à l'espace Abonné

Nom d'utilisateur: et mot de passe requis
Mot de passe oublié ? ×