Publié le 23/03/2012 à 16h20 /

Le bassin de la Mer Noire, nouvel acteur majeur des céréales

// Il y a peu, importateurs nets et considérables de blé français notamment, la Russie, l'Ukraine et le Kazakhstan, sont devenus des exportateurs majeurs sur le marché international des céréales gràce à  la mise en valeur des terres noire, le tchernoziom et son épaisseur d'humus exceptionnelle. Aujourd'hui, ces trois pays produisent en moyenne quelque 170 Mt de céréales, ils en exportent 55 Mt.

Ces chiffres sont indicatifs, car ce gros potentiel de production, et par là  même d'exportation, est très irrégulier, à  l'image d'un climat capricieux soumis à  des extrêmes. S'il n'est pas possible de contenir la météo, en revanche, ces pays tiennent à  développer la vocation d'exportateurs par l'amélioration d'une logistique encore très perfectible. C'est que Michel Ferret, chef du service marchés et études à  FranceAgriMer en compagnie de Natalija Riabko, spécialiste de ces dossiers, ont développé lors du dernier Salon de l'Agriculture à  Paris. La Russie, par exemple est handicapée par l'éloignement de certaines zones de production par rapport aux ports maritimes, dont peu en eau profonde sur la Mer noire. Concurrence pour la France? Ce qui exige des transports ferroviaires coûteux, à  l'aide de matériaux souvent déficients. Les céréales russes ne sont pas stratégiques et leur acheminement requiert une subvention. Cette dépendance par rapport à  l'État avec la lourdeur bureaucratique et l'opacité de ces marchés, se retrouve dans les trois pays et contribue à  limiter leur potentiel d'exportation. Cependant, la plupart de ces handicaps sont surmontables et la troika s'y emploie par de gros efforts d'investissements dans les infrastructures de production, de commercialisation et d'exportation: construction de terminaux céréaliers, échanges entre les trois pays, rationalisation de l'intervention de l'État, maîtrise des problèmes de qualité (présence de punaises), recherche de nouveaux débouchés (Asie). Cette politique de développement des exportations menace-t-elle le commerce français? Le représentant France Export Céréales, rappelle que la France dispose d'arguments solides dont le premier est la régularité en volume et en qualité de sa production, suivi de la solidité de ses marchés de proximité: Maghreb, l'Afrique Noire et, bien entendu, l'Union Européenne, ce dernier marché n'étant pas à  l'abri des importations en provenance de l'Est.

 Connexion à l'espace Abonné

Nom d'utilisateur: et mot de passe requis
Mot de passe oublié ? ×