Publié le 11/05/2012 à 00h00 /

Engraissement des jeunes bovin : des aides trop exclusives

// Le dispositif d'aide à  l'engraissement des jeunes bovins mis en place en 2012 est mal engagé. Selon la Fédération nationale bovine (FNB) il est «vidé de son sens principal» en ce sens qu'il ne prévoit pas la mise en place de contrats avec les abatteurs qui tiennent compte des coûts de production. La FNB considère également que les modalités d'application sont inacceptables. Le seuil minimum d'attribution de l'aide de 50 animaux est trop élevé. Elle plaidait pour 30.

En outre, le principe du stabilisateur financier sur le montant de l'aide ne donne aucune visibilité sur le futur montant de l'aide. La FNB préconise plutôt un plafond d'animaux primés par élevage. «Dans ce contexte, la FNB renouvelle son appel aux éleveurs de ne pas signer des contrats au rabais qui n'offrent aucune garantie en l'absence d'une référence au coût de production et s'assimilent plus à  un bon de livraison à  l'abatteur!» En marge de ces critiques à  l'encontre de l'aide à  l'engraissement, la FNB prend acte de la parution de la circulaire du ministère de l'agriculture du 18 avril 2012 sur les missions des nouvelles commissions interrégionales d'abattoirs. Celles-ci rassembleront les acteurs de la filière (représentants des producteurs, des metteurs en marché, transformateurs et distributeurs, représentants des collectivités territoriales et de l'État, représentants des chambres consulaires), afin d'impulser une réflexion sur la thématique de l'abattage au niveau territorial. Elles devront, entre autres, élaborer une stratégie interrégionale d'abattage (d'ici fin 2012) et formuler des avis concernant les demandes d'aides aux investissements et à  la restructuration. Quatre types d'aides sont prévus: aide aux investissements immatériels, aux investissements matériels de compétitivité, à  la restructuration pour aider les rapprochements et fusions d'entreprises et aux investissements matériels dans le cadre d'une restructuration soit une enveloppe de 3,85 millions d'euros annoncée par FranceAgrimer (projet à  déposer auprès de FranceAgrimer pour le 30 septembre 2012). Ces informations seront ensuite communiquées à  l'Observatoire national des abattoirs, également en cours de mise en place. L'objectif de ces commissions est de limiter les disparités géographiques au niveau de l'abattage et d'améliorer la compétitivité des abattoirs.

 Connexion à l'espace Abonné

Nom d'utilisateur: et mot de passe requis
Mot de passe oublié ? ×