Publié le 11/05/2012 à 10h19 /

Priorité à  la défense du revenu

// Guy Doléac, producteur de lait dans les Hautes-Pyrénées, vient d'être élu à  la présidence de la FRPL Sud-Ouest. Il précise les actions de la fédération régionale dans les mois à  venir.

En cette période de mutation pour la production laitière, quels sont les dossiers prioritaires de la FRPL ? Guy Doléac » En tant que président, j'ai avant tout pour rôle de faire fonctionner une équipe autour d'un projet et d'objectifs communs. Ma première tache est donc de rassembler quinze départements différents autour d'un même projet.
Les priorités de la FRPL sont nombreuses mais elles ont toutes un point commun : la défense de tous les producteurs. Cela passe par la défense du revenu, l'assurance de la collecte et le poids des producteurs face aux entreprises. Enfin, un des objectifs est d'être plus présent au travers de notre réseau en communiquant davantage sur ce que l'on fait. Plus concrètement, quelle sera votre première action ?
G. D. » Un des premiers dossiers est celui des producteurs de Leche Pascual. Nous devons tout mettre en oeuvre pour trouver une solution durable économiquement pour ces producteurs. J'y intègre également les ex-producteurs du GIE Sud-Lait. L'assurance de la collecte de tous les producteurs devient un enjeu majeur dans les années à  venir. Elle est étroitement liée à  la gestion des laits d'excédents.
La FRPL souhaite avoir une réflexion de fond avec les entreprises du bassin sur ces volumes qui pèsent sur la valorisation des produits et donc directement sur le prix du lait. Le décret sur les organisations de producteurs est enfin publié, qu'est-ce que cela va changer ? On va pouvoir enfin travailler dans le bon sens ! Il faut poursuivre le travail engagé par les groupements sur la structuration amont de la filière en regroupant le maximum de producteurs autour d'un projet clair et réaliste.
L'enjeu, c'est l'agrément des OP par les pouvoirs publics et par la suite c'est leur capacité à  être l'interlocuteur incontournable des industriels dans la négociation du prix et des volumes notamment à  la fin des quotas. Les coopérateurs doivent s'impliquer davantage dans la vie de leur coopérative. Les conseils d'administration doivent être plus attentifs aux initiatives des adhérents et à  ce besoin d'ouverture et de dialogue. Vous avez évoqué en première priorité la défense du revenu, qu'est-ce que cela signifie ?
G. D. » La défense du revenu c'est d'abord la défense du prix et de toutes ses composantes : base, qualité, composition, primes Mais c'est aussi la bataille sur les charges. L'ensemble de l'aval (du transformateur au distributeur) doit intégrer les hausses actuelles sur l'énergie, les protéines ou les engrais. Mais nous devons aussi réfléchir avec nos organismes techniques à  une optimisation des charges notamment sur l'autonomie fourragère. Enfin, la défense du revenu passera par une implication syndicale sur des dossiers transversaux comme la réforme de la PAC, la fiscalité, l'environnement et bien d'autres encore. La défense du revenu, c'est une bataille sur tous les dossiers. Propos recueillis par Guillaume Bourge
Contact FRPL Sud-Ouest - BP 22 107 - 31 321 Castanet-Tolosan Cedex
Tél. : 05 61 75 41 81
Guy Doléac
Guy Doléac est éleveur laitier à  Bernadets-Debat (canton de Trie-sur-Baise) où il est membre associé, avec son épouse Anne, de l'EARL de la Télazière. Cette exploitation, « La Ferme des Collines »,
fait partie de l'association « Croquez Local en Pays des Nestes »
, association qui regroupe producteurs fermiers, artisans et consommateurs du territoire, favorisant ainsi la connaissance des produits et de nouveaux modes de commercialisation. Guy Doléac et son épouse transforment le lait de leurs vaches. Dix-huit autres agriculteurs et transformateurs proposent d'autres produits tels que fromages, charcuteries, viande fraîche, fruits et légumes, jus de fruits, miel, pain

 Connexion à l'espace Abonné

Nom d'utilisateur: et mot de passe requis
Mot de passe oublié ? ×