Publié le 07/06/2012 à 00h00 /

Agir contre la mortalité des veaux

// La mortalité départementale globale des veaux tourne autour de 10% dans les Pyrénées-Atlantiques alors que la moyenne nationale avoisine 7%, selon les études du service Bovins viande de la chambre d'agriculture et la base de Bovins croissance, Pour faire face à  cette problématique, le Groupement de défense sanitaire des Pyrénées-Atlantiques a engagé une action prioritaire sur cette thématique. C'est à  partir d'un travail de compilation de données du réseau des GDS que ce dernier a conçu un protocole technique et évalué le projet de plan de lutte via des enquêtes de terrain.

Différents groupes de travail ont été constitués avec les partenaires techniques (chambre d'agriculture, Bovins croissance, Groupement technique vétérinaire) afin d'en finaliser le contenu. Le conseil d'administration du GDS a souhaité la mise en place du plan pour cette année 2012. L'intervention du GDS fait suite à  la demande de l'éleveur ou de son vétérinaire (après accord de l'éleveur) sur le principe de la mise en place d'une action rapide, réactive et multiple. Outre des critères d'éligibilité, le plan de lutte est matérialisé par une convention tripartite établie entre l'éleveur, le vétérinaire de l'élevage et le GDS. 1 Première étape: la visite de prédiagnostic » Réalisée par le vétérinaire de l'élevage (si possible accompagné de la vétérinaire du Groupement de défense sanitaire), cette visite de prédiagnostic a pour but de mettre en avant les différentes problématiques de l'élevage pouvant causer la mortalité des veaux ou un taux élevé de morbidité et de définir le besoin en visites complémentaires plus spécifiques. 2 Deuxième étape: les visites complémentaires spécifiques » Elles sont réalisées uniquement si elles ont été préconisées par le vétérinaire lors de la visite de prédiagnostic. Les trois thématiques pouvant être abordées lors de ces visites sont: le sanitaire, le bàtiment et celle du plan d'alimentation. Selon l'investigation préconisée, l'intervention sera réalisée par le GDS ou les partenaires de ce plan de lutte (vétérinaires sanitaires, Bovin croissance/chambre d'agriculture). 3 Troisième étape: la visite bilan »  Réalisée par le GDS, elle a lieu à  la date fixée lors de la visite prédiagnostic et au maximum 12 mois après. Si l'évolution est favorable, le dossier est clos. Si l'évolution n'est pas favorable, le GDS s'assure que toutes les mesures préconisées ont été mises en place. Si ce n'est pas le cas, le plan s'arrête et l'éleveur ne peut plus prétendre aux aides du GDS. Si les préconisations ont été respectées, des visites complémentaires sont proposées (ENVT, spécialistes ou autres) pour essayer de solutionner le problème. 4 Le financement » Concernant le financement de cette action et comme tout plan de lutte de la caisse sanitaire bovine du GDS, la visite de prédiagnostic est prise en charge à  80%. L'ensemble des visites complémentaires est payé à  hauteur de 50% de leurs coûts.
Dans un contexte économique difficile, où l'on constate une hausse du coût alimentaire et une stagnation des cours, il est important pour l'amélioration du revenu des éleveurs de pouvoir augmenter significativement la production numérique. C'est tout l'intérêt du plan mortalité des veaux qui doit permettre d'aider techniquement et financièrement l'éleveur dans la prévention. Pour faire suite à  cet article, d'autres publications aborderont cette problématique durant les prochaines semaines. GDS des Pyrénées-Atlantiques Renseignement complémentaire au 0559807004.

 Connexion à l'espace Abonné

Nom d'utilisateur: et mot de passe requis
Mot de passe oublié ? ×