Publié le 06/07/2012 à 00h00 /

Les CUMA d'Aquitaine au coeur des territoires

// Pour son assemblée générale, la Fédération régionale des CUMA d'Aqutaine proposait une réflexion sur les partenariats constructifs et durables noués par le réseau CUMA avec les acteurs du territoire.

La FRCUMA a proposé une visite de la CUMA Adour Protéoil, unité de trituration de colza et de tournesol à  Mugron qui sortait ce jour-là  ses premiers tourteaux et litres d'huile. Un exemple du rôle des CUMA pour développer les circuits courts. © Le
L'assemblée générale de la Fédération régionale des CUMA d'Aquitaine se tenait jeudi 21 juin dernier dans les Landes, au lycée professionnel agricole de Chalosse à  Mugron. Un lycée avec lequel la CUMA locale a tissé depuis plusieurs années un partenariat étroit. Forte de ses trente activités et totalisant quarante adhérents, cette CUMA a par ailleurs essaimé, avec la création de quatre autres structures: trois cantonales spécialisées en ensilage, travail viticole et transformation du canard gras et une départementale de trituration des graines de tournesol et de colza. «Ces structures complémentaires sont aussi au service des collectivités et de l'enseignement» a expliqué Richard Finot, directeur des Fédérations départementales des CUMA des Landes et Pyrénées-Atlantiques, en introduction de la table ronde qui portait justement sur le thème du rôle des CUMA dans les territoires. Les CUMA aident l'installation Benoît Cabanne, agriculteur dans le canton et président de la CUMA Adour Protéoil, s'est installé en étant adhérent aux cinq entités. Ces dernières lui ont permis de concentrer ses efforts financiers sur l'achat de foncier et de matériel d'irrigation, sur la création de stockage et d'une salle de gavage. «Jeune agriculteur, je n'aurais jamais eu la possibilité de réaliser ces investissements si j'avais dû acheter mon matériel» témoigne le jeune éleveur, mentionnant par ailleurs l'intérêt de la CUMA pour réduire les charges de mécanisation. Autre invité de la table ronde, Mme Weidmann, proviseur du lycée agricole de Mugron, a rappelé quant à  elle comment le partenariat avec la CUMA de Mugron avait dynamisé son établissement en permettant de redémarrer une filière agro-équipement, il y a quelques années. La CUMA a en effet, dans le cadre d'une convention, mis à  disposition des élèves non seulement son parc matériel pour les travaux pratiques, mais aussi les compétences de ses salariés. Un partenariat étendu Le lycée dispose maintenant de son propre hall agro-équipement, mais s'appuie toujours sur la CUMA, en tant qu'adhérent, pour les travaux sur son exploitation. «C'est une bonne illustration des capacités que doivent avoir les coopératives de s'adapter à  l'évolution des besoins autour d'elles» fait remarquer Richard Finot. Un partenariat a par ailleurs été noué entre le lycée et le service Top machine de la FDCUMA Landes, pour les contrôles machines. L'objectif étant de sensibiliser les élèves à  ces contrôles et leur en expliquer le contenu. Enfin, le lycée est engagé avec la FDCUMA dans ses actions de solidarité Bénin pour former des chauffeurs et mécaniciens et remettre en état de vieilles machines ensuite envoyées au Bénin. Dans son témoignage, Stéphane Delpeyrat, président de la communauté de commune de Mugron, a dit tout l'intérêt de la CUMA Adour Protéoil dans son territoire, sur lequel elle retient de la valeur ajoutée. La collectivité avait accompagné le projet en mettant à  disposition du foncier à  tarif intéressant. Maintenant, encouragée par des élus partie prenante, elle mène une réflexion sur un projet de méthanisation pour lequel elle a d'ores et déjà  validé une étude de faisabilité. Dominique Maurel
En chiffresLes CUMA d'Aquitaine en 2011, ce sont:
» 875 CUMA
» 22.114 adhérents.
» 474 salariés.
» 147 hangars en CUMA.
» 39 millions d'euros de chiffre d'affaires.
Malgré la baisse du nombre d'agriculteurs, le nombre de CUMA et d'adhérents reste stable. Les investissements dans celles-ci sont en outre en très nette progression, de 15%, atteignant 25millions d'euros en 2011. Ils concernent des équipements performants, notamment les chaînes de mécanisation (tracteur +outil), les automoteurs de récolte et de traitement, les investissements environnement (méthodes alternatives, GPS, épandeurs). Ces investissements ont bénéficié d'un soutien fort de 3,7 millions d'euros provenant de trois financeurs: le conseil régional (1 million), les conseils généraux (80.0000 euros) et enfin l'Europe (1,8 millions). Ce dernier financeur participe à  hauteur de 50% du montant des investissements éligibles. S'ajoutent des subventions sur les investissements non productifs (principalement des aires de lavage), pour un montant de 1,2 millions d'euros.
Quatorze jeunes en 2011 ont par ailleurs bénéficié d'aides à  l'achat de capital social en CUMA, pour un montant de 9.500 euros.

 Connexion à l'espace Abonné

Nom d'utilisateur: et mot de passe requis
Mot de passe oublié ? ×