Publié le 09/07/2012 à 11h34 /

L'eau, les nitrates et la PAC

// Une trentaine de responsables des treize FDSEA d'Aquitaine et Midi-Pyrénées, regroupées au sein de la FRSEA Sud-Ouest, s'est retrouvée le 28 juin à  Boé en présence d'Henri Brichart, vice-président de la FNSEA.

Trois dossiers ont dominé les débats de cette rencontre présidée par le responsable régional Sud-Ouest, Henri Biès-Péré. En présence d'Henri Brichart, vice-président national, les représentants des FDSEA d'Aquitaine et Midi-Pyrénées ont tout d'abord fait un point sur l'irrigation et la gestion de la ressource en eau. Le protocole d'accord sur les volumes prélevables obtenu en 2011 par le Sud-Ouest permet d'avancer sur la définition des organismes de gestion qui seront portés par la profession (chambres d'agriculture) ou dont elle sera partenaire selon les sous bassins. Après de multiples débats, la FRSEA Sud-Ouest se félicite du retour en gràce des organisations professionnelles agricoles dans ses capacités à  gérer les ressources en eau. Retard dans le plan de stockage
Pour ce qui est de la création de ressources, un point fort de ce protocole repose sur la prise en compte en 2011 des volumes de stockage supplémentaire à  créer d'ici 2021. Or les dispositions réglementaires promises par les pouvoirs publics pour faciliter ces créations traînent encore dans les ministères. La FRSEA Sud-Ouest « s'alarme de ce retard et en appelle à  la continuité républicaine pour que ces textes soient publiés rapidement ».
Autre sujet sensible, les zones vulnérables au sens de la pollution par les nitrates. En cours de révision sous l'autorité du préfet de bassin (préfet de Midi-Pyrénées), « le zonage rendu public le 13 juin semble guidé par de l'idéologie dogmatique et ne prend aucun compte des observations argumentées de la profession départementale, appuyées par les DDTM ! » estiment les responsables agricoles régionaux. Dans son communiqué, la FRSEA Sud-Ouest indique « qu'elle ne comprendra pas que les efforts des exploitants conduisant à  la réduction de taux de nitrates dans certains bassins ne soient pas reconnus par un retrait de ces zones ».
Elle ne comprendra pas non plus « le classement de zone à  partir de résultats d'analyse isolés, aberrants ou d'origine non agricole ». Les responsables d'Aquitaine et Midi-Pyrénées estiment qu'un zonage « incohérent ou arbitraire » conduirait à  la disparition pure et simple d'économie de l'élevage ou de cultures spécialisées et de projets de transmissions-reprises. C'est pourquoi « la FRSEA Sud-Ouest restera très mobilisée pendant la période de consultation institutionnelle et utilisera toutes voies et moyens pour faire prendre en compte ses revendications ».
Troisième thème majeur de débat, le projet de la PAC pour 2014. À l'heure où la France précise ses positions officielles la FRSEA réaffirme la nécessité d'une décision urgente des États sur un budget « au moins à  l'identique ». Quand au contenu de cette politique, « il doit permettre de maintenir une agriculture dynamique, présente sur tout le territoire et participant au redressement productif de notre pays ». Ce qui « ne semble pas possible avec le projet actuel ». De leur côté, les agriculteurs sont « pleinement conscients de leur rôle citoyen dans la préservation de l'environnement, l'entretien de la biodiversité et la préservation des ressources naturelles, assure Henri Biès-Péré. Comme ils l'ont toujours fait par le passé, les agriculteurs du Sud-Ouest souhaitent dans l'avenir le conjuguer avec la croissance économique de leur activité ». Foie gras californien
Lors de cette rencontre, les responsables de la FRSEA Sud-Ouest n'ont pas manqué de dénoncer la décision de l'État de Californie d'interdire la consommation de foie gras. Selon la FRSEA, « ceci est contraire aux règles du commerce international » et « ce type d'attitude est purement idéologique ».
La FRSEA a aussi fait le point sur l'état d'avancement de la démarche « Sud-Ouest France » qui sert désormais de bannière commune pour la communication des deux régions (Aquitaine et Midi-Pyrénées). La FRSEA a enfin évoqué des dossiers spécifiques à  certaines filières : notamment la situation des abattoirs de la région et le plan de campagne fruits et légumes

 Connexion à l'espace Abonné

Nom d'utilisateur: et mot de passe requis
Mot de passe oublié ? ×