Publié le 24/08/2012 à 10h35 /

Le mais américain au régime ultra-sec

// Le ministère de l'agriculture américain (USDA) a revu à  la baisse, le 10 août dernier dans un rapport mensuel, ses prévisions de production de mais à  leur plus bas niveau en six ans, la réduisant pour cette année de 13% par rapport à  2011, à  10,8 milliards de boisseaux (273,8 millions de tonnes), tandis que la prévision de production de graines de soja est revue à  la baisse de 12%. «C'est une révision à  la baisse plus forte qu'attendu», dans ce rapport sur l'offre et la demande mondiales, a commenté Dax Wedemeyer, courtier de US Commodities, l'estimation médiane des analystes se situant légèrement au-dessus de 11 milliards de boisseaux.

Des températures records au mois de juillet, le plus chaud jamais enregistré dans le pays depuis le début des relevés météorologiques en 1895, ont gravement endommagé les récoltes de ces deux produits agricoles. La sécheresse, qui affecte également l'Europe de l'Est, a conduit l'USDA à  réduire de 3millions de tonnes la prévision de récolte de mais en Ukraine. Ces pertes sévères devraient être en partie compensées par des chiffres meilleurs qu'attendu principalement en Argentine, au Brésil et en Chine, poursuit le rapport. Pour sa part, la production de soja aux États-Unis devrait chuter de près de 10 millions de tonnes, à  73,3 millions. Le manque à  gagner sera partiellement compensé par la production de l'Argentine, revue à  la hausse de 3millions de tonnes, à  81millions. Même si la production mondiale de soja 2012-2013 est estimée en chute de plus de 7millions de tonnes à  260,5 millions, elle s'annonce largement supérieure aux estimations 2011-2012 (236 Mt), selon l'USDA. Les inquiétudes d'Obama Le Président américain Barack Obama, a exhorté, le 11 août, le Congrès à  adopter un projet de loi pour aider les agriculteurs et les éleveurs touchés par la sécheresse. «Il faut adopter un projet de loi agricole qui non seulement aide les agriculteurs et les éleveurs à  faire face à  ce type de désastres, mais qui permette aussi de mettre en oeuvre les réformes nécessaires et leur donne une certaine visibilité tout au long de l'année», a déclaré Barack Obama dans son message hebdomadaire diffusé sur internet et à  la radio «C'est la seule manière d'aider les communautés rurales aujourd'hui, mais aussi à  long terme», a-t-il ajouté. Selon le Président américain, la moitié des cultures de mais sont en mauvais ou très mauvais état et les éleveurs peinent pour nourrir leurs animaux. «Si nous n'avons pas d'aide bientôt, les Américains commenceront à  en ressentir les effets et verront les prix augmenter sur les étals des épiceries partout dans le pays», a-t-il prévenu. «Nous avons déjà  donné aux agriculteurs de 32 États un accès à  des prêts d'urgence à  bas taux, a également rappelé le Président américain. Nous avons permis l'accès à  davantage de terres de l'État fédéral pour faire paître les animaux. Et nous travaillons avec les compagnies d'assurance pour donner un répit aux agriculteurs pour le paiement de leurs primes». Priorité alimentaireLe directeur général de la FAO José Graziano da Silva a demandé le 10 août aux États-Unis de suspendre leur production de bioéthanol à  partir de mais pour éviter une crise alimentaire, dans une tribune publiée par le quotidien britannique Financial Times. « Une suspension immédiate et temporaire de la législation américaine» imposant des quotas de bioéthanol, produit à  partir du mais, « apporterait un répit au marché et permettrait que plus de récoltes soient utilisées pour l'alimentation animale et humaine », écrit José Graziano da Silva. Les biocarburants sont accusés de faire grimper les prix de denrées alimentaires comme les huiles végétales, le mais, le soja ou autres céréales.

 Connexion à l'espace Abonné

Nom d'utilisateur: et mot de passe requis
Mot de passe oublié ? ×