Publié le 14/09/2012 à 10h30 /

La fête des vendanges ce week-end

// Les Indépendants proposent une programmation d'une qualité rare.

La fête des vendanges chez les Indépendants du Jurançon, c'est un peu comme le bon vin. La programmation gagne chaque année en rondeur et en richesse. En attendant les premier jus (lire encadré ci-contre), rien de tel que de se mobiliser autour de la préparation de la 16e édition de la fête des vendanges. Un événement attendu par tous les amateurs de vins.
L'alliance du vin et de la culture fait, chaque année, de plus en plus d'adeptes. Le point d'orgue reste, bien entendu, la journée portes ouvertes des 45 chais (45 vins différents et 45 fêtes) qui, cette année, se déroulera le 9 décembre. Chaque année, les différentes zones de production drainent, lors de ce temps fort, entre 15 000 et 20 000 personnes, preuve de la vitalité de la Route des vins des Indépendants du Jurançon. « Si 75 % des visiteurs viennent du département, commente Cédric Laprun, animateur du réseau, un tiers d'entre eux se déplace chaque année pour la première fois et un autre constitue le cercle des habitués ». La moyenne d'àge (moins de 30 ans) des personnes assistant à  cette journée est plus qu'encourageante. « Nous avons d'ailleurs reçu un prix pour cet événement prisé de tous ».
Une vaste fête identitaire
L'esprit général de toutes les manifestations qui vont s'étaler durant l'automne, c'est la découverte de paysages particuliers mais aussi d'activités de production locales dans le cadre d'une vaste fête identitaire. « C'est un jeu de dégustation et de surprises où il n'y a pas forcément un acte d'achat. Les Béarnais s'approprient le Jurançon comme symbole et les vignerons d'autres régions viennent constater sur place l'ampleur des manifestations proposées », poursuit l'animateur des Indépendants.
Mais la mise en bouche à  tout ce déballage culturel reste Poésie dans les chais, opération qui aura lieu ce week-end entre ruralité et urbanité, avec des artistes pour la plupart méconnus mais dont le talent et la réputation ne sont plus à  faire dans les milieux culturels internationaux (lire encadré ci-contre). Didier Bourda, maître d'oeuvre de ces deux journées mise lui aussi sur « des univers particuliers dont l'écho sera, pour cette édition, percussif ». Constance et qualité sont les deux mots que l'on porte au fil des ans à  Lacommande tant sur le plan agricole qu'artistique.
Philippe Delvallée

 Connexion à l'espace Abonné

Nom d'utilisateur: et mot de passe requis
Mot de passe oublié ? ×