Publié le 28/09/2012 à 14h25 /

Ambiance et hygiène du logement

// Suite de notre série sur la prévention de la mortalité des veaux, proposée par le Groupement de défense sanitaire des Pyrénées-Atlantiques : suite du gros plan sur le logement du jeune bovin.

Le but de ces quelques lignes n'est pas de faire un article sur l'ambiance dans les bàtiments d'élevage mais de faire quelques rappels de bon sens vis-à -vis de cette problématique. 1 Ambiance » Une bonne ambiance dans le bàtiment, en particulier dans la partie où sont logés les veaux, est primordiale. Le veau dans les premiers jours de sa vie et ensuite de la naissance au sevrage est très fragile (lire les articles diarrhées des veaux, pathologies respiratoires). Une bonne ambiance empêche la création d'un milieu propice au développement de maladies respiratoires, de diarrhées Elle contribue au confort de l'animal et permet d'approcher les conditions optimales de production et surtout de pouvoir amener le veau jusqu'à  la vente ou à  l'élevage. L'important, c'est de pouvoir évacuer la vapeur d'eau produite par les animaux et les litières, ce qui permet d'évacuer en même temps les autres facteurs de pollution (ammoniac, gaz carbonique, poussières, agents infectieux, métaux lourds). Il faut donc un renouvellement de l'air avec un débit suffisant pour que l'air sain remplace l'air vicié. La vitesse d'entrée d'air ne doit pas être trop élevée au niveau des animaux qui y sont très sensibles, surtout les veaux. En hiver, si l'air se ressent au niveau de la main (supérieur à  0,6 m/s), c'est déjà  trop pour les veaux. En revanche et a contrario si cela sent l'ammoniac, c'est que le bàtiment ou le logement des veaux est sous-ventilé ou mal ventilé. Si l'on rencontre dans le bàtiment des courants d'air importants, les veaux risquent d'avoir plutôt un problème respiratoire. Si l'on est en présence d'une sous-ventilation, on aura plutôt des problèmes de diarrhées, des problèmes de teignes et, à  l'extrême, des boiteries, des veaux mouillés, etc. On peut aussi rencontrer tous ces problèmes lorsque le bàtiment est soumis à  la fois à  du courant d'air et à  des zones d'ombre (sous-ventilé). L'entrée d'air ne doit pas tomber sur les veaux (hauteur minimale 2 m).
Pour les cas compliqués, vous pouvez contacter le GDS 64 pour un conseil ou la réalisation d'un diagnostic d'ambiance. 2 Hygiène et vide sanitaire » Il est évident que les éléments détaillés précédemment doivent s'accompagner d'une hygiène parfaite des locaux d'élevage du veau. Cela passe par un bon nettoyage, un décapage de tous les locaux avec un nettoyeur haute-pression (local de vêlage, local d'infirmerie, box à  veaux, salle de tétée) et une désinfection avec un désinfectant (fongicide, virucide, bactéricide) agréé par le ministère de l'agriculture (normes biocides). Un vide sanitaire s'impose pour une meilleure efficacité. Un bon nettoyage et un vide sanitaire de 5 jours minimum, c'est 80 % des germes éliminés. Dans les cas de problématiques infectieuses spécifiques comme des diarrhées à  coccidies ou à  cryptosporidies, il existe des désinfectants ciblés et spécifiques, pour cela vous pouvez contacter votre vétérinaire ou le GDS 64 et sa filiale SANI 2000.

 Connexion à l'espace Abonné

Nom d'utilisateur: et mot de passe requis
Mot de passe oublié ? ×