Publié le 20/12/2012 à 00h00 /

Vignasse & Donney s'installe et s'agrandit à  Artix

// C'est une nouvelle étape dans la vie de l'entreprise Vignasse et Donney, présidée par Guy Estrade, et dirigée par Gérard Etchebarne. «Le nouveau bàtiment de découpe et de transformation inauguré récemment, déclare-t-on du côté de la société, nous permet d'anticiper sur les futures normes européennes tout en développant l'activité». L'atelier a été construit sur une parcelle de 9.975 m de la zone Eurolacq 1 à  Artix (Pyrénées-Atlantiques). L'ensemble, d'un coût total de 2.996.332€ HT auquel il faut rajouter le matériel (104.187€ HT), comprend un bàtiment administratif et un autre dédié à  la production.

Principal fabricant hexagonal de steaks hachés sous label rouge, Vignasse et Donney a quitté ses installations de Lons, trop vétustes, pour s'implanter dans de nouveaux locaux basés sur la zone Eurolacq à  Artix.
Le nouveau bàtiment comprend une chambre froide, une salle de congélation, une saucisserie, une salle de découpe, une salle de fabrication de viandes hachées de même que plusieurs lieux de stockage, d'emballage et d'étiquetage. Tout cela est complété par quatre quais de réception et d'expédition des produits. Ce nouvel ensemble devrait conforter la position de Vignasse et Donney (un chiffre d'affaires de 8,3 millions d'€) dans sa position de numéro un national en label Boeuf Blond d'Aquitaine et à  sa deuxième position en production de steak haché label rouge. «Avec 1.700 tonnes de viande traitées par an, nous visons, avec nos 30 salariés, à  valoriser la production locale. De fait, nos principaux clients se situent essentiellement dans le grand Sud-Ouest. La grande distribution représente 40% du chiffre d'affaires, les boucheries traditionnelles 30%, la restauration hors domicile (hôpitaux, cantines, restaurant et autres administrations), 23%». Leader en label boeuf Blond Restent 7% qui correspondent à  la vente aux particuliers. «C'est une véritable explosion. Ce créneau s'est développé par le bouche à  oreille et poursuit sa progression», commente le responsable. «Notre société se positionne avant tout comme un trait d'union entre les producteurs et les consommateurs». De fait, l'approvisionnement en animaux vivants s'effectue majoritairement dans le cheptel départemental et exclusivement en France. «Nous n'avons pas vocation à  nous substituer à  un abattoir. Les bêtes issues de la production locales sont abattues à  Mauléon. Nous transformons 70 bovins par semaine. Si l'on ajoute veaux et agneaux, le total hebdomadaire se porte à  200 bêtes auxquelles il faut rajouter 60 porcs». D'autre part, la société assure ses propres livraisons dans un rayon de 150km autour d'Artix. «Nous possédons aussi des pôles de distribution en Midi-Pyrénées, sur Paris et dans l'est de la France». Lons trop vétuste Cette installation résulte d'un double constat. Dans un premier temps, «avec l'élargissement du territoire de la Communauté des communes de Lacq (CCL), nous souhaitions diversifier les secteurs d'activité économique de notre territoire en accompagnant, notamment, le développement de l'agroalimentaire sur les zones hors contraintes Seveso», précise-t-on du côté des élus. Dans un deuxième temps, Guy Estrade est venu exposer les problèmes rencontrés par sa société. «Nos locaux, situés à  Lons étaient trop vétustes et nous contraignaient, soit à  une fermeture au 31 décembre, soit à  une remise aux normes trop onéreuse. La production aurait dû, de plus, s'arrêter le temps du chantier». C'est la convergence de ces deux problématiques qui a conduit à  la construction du nouveau site. Avec le soutien des élus Les élus de la communauté des communes de Lacq ont décidé de s'engager aux côtés de Vignasse et Donney afin, non seulement de pérenniser les emplois mais, également, pour en créer d'autres. Ce projet commun permet, en outre, de consolider un pôle agroalimentaire et logistique émergeant sur le site (Condipack, Olano) et de «favoriser la cohérence territoriale de l'entreprise qui se trouve, désormais, sur le territoire du siège de la CELPA». Le bàtiment a été construit sur un terrain appartenant à  la CCL à  proximité de l'entrée de l'autoroute. Cette même CCL a assuré la maîtrise d'ouvrage du chantier et, une fois la construction achevée, le bàtiment a été revendu, clé en main, à  Vignasse et Donney. Philippe Delvallée En quelques chiffresL'entreprise Vignasse et Donney a pour activité la découpe et le négoce de viande. Elle a été fondée en 1971 par deux familles de bouchers détaillants des Pyrénées-Atlantiques.
En 2001, elle a été rachetée par la Coopérative des éleveurs des Pyrénées-Atlantiques (Celpa) dont elle est devenue une filiale. Vignasse et Donney traite un volume annuel de quelque 1700 tonnes de viande nette ce qui correspond à  environ 200 bêtes par semaine: soit 80 gros bovins, une soixantaine d'agneaux, 80 porcs et veaux.
80% de la production en Blonde d'Aquitaine est sous conventions filières organisées.

 Connexion à l'espace Abonné

Nom d'utilisateur: et mot de passe requis
Mot de passe oublié ? ×