Publié le 11/02/2013 à 08h46 /

Le pari du développement

// Recul des ventes, stocks en hausse, vignoble à  mettre aux normes Les Vignerons du Madiran sont dans une passe « complexe », mais le développement des exportations incite à  des temps meilleurs.

Dans un contexte difficile marqué notamment par une récolte et des ventes en baisse, la SCA des Vignerons du Madiran à  Crouseilles compte plus que jamais sur son dynamisme et celui de son appellation pour conquérir de nouveaux marchés. Les challenges sont nombreux pour les vignerons réunis en assemblée générale le jeudi 31 janvier. « La situation que nous vivons est complexe, témoigne le président Roland Podenas. Le conseil d'administration cherche à  préserver les équilibres au plus juste. L'équilibre est difficile mais le choix est réaffirmé d'exister dans une viticulture d'appellation ». Des ventes en baisse
Les ventes de bouteilles de l'exercice sont à  nouveau en recul. La cave, dont la grosse partie de la production est en AOP, subit une baisse sur ce secteur de marché. En dix ans, l'ensemble des appellations du Sud-Ouest a perdu des parts de marché. « Doit-on céder, comme certains l'ont fait, aux transferts importants de nos AOP vers des IGP, voire des SIG ? Notre réponse est non. Ni nos exploitations, ni la cave ne sont construites à  cet effet ! Tel est le message de Roland Podenas. Notre avenir passe par une viticulture d'appellation avec une conception différente. Pour cela, la dynamique commerciale est obligatoire ; nous devons préserver les marchés traditionnels et développer les marchés à  l'exportation ». En appellation Madiran, les ventes en bouteille ont baissé de 12 % alors que le vrac a progressé de façon importante. Le cumul des deux amène une baisse de 5 %. Idem pour le Pacherenc doux qui perd 5 % en volume, en raison notamment d'une fin d'année 2011 en fort recul, contrairement au Pacherenc sec dont les ventes de cols ont progressé de 34 %. Au 31 juillet 2012, les stocks progressent de 4 295 hl sur un an. Le Madiran a dépassé les 70.000 hl (+ 3.200 hl par rapport à  la même période en 2011). La récolte est en baisse globalement de 14 %, le rendement moyen passant de 55,63 hl en 2011 à  47,89 hl en 2012. En Madiran, après les années records en 2009 et 2010, la récolte est passée de 32 347 hl en 2011 à  29 538 hl en 2012. Le chiffre d'affaires de la cave s'établit à  8 307 557 €. À ce jour, 44 % du vignoble sont aux normes de densité du décret mais 15 % des exploitations ont restructuré moins de 25 % de leur vignoble. Un plan de restructuration vient de sortir pour aider les vignerons à  replanter leurs vignes. « Ces aides étaient inespérées il y a 6 mois. On a donc tout intérêt à  saisir cette opportunité, insiste Roland Podenas. C'est un challenge qu'on doit relever dans un contexte compliqué pour ne pas le regretter par la suite ».
Parmi les signes d'optimisme, le potentiel de développement à  l'export et en particulier vers la Chine est non négligeable. Denis Degache, directeur de la cave coopérative, rappelle que « le marché chinois est en progression constante et nos relations commerciales depuis le début des années quatre-vingt-dix nous permettent de développer de nouveaux partenariats ». Principal chantier pour la cave coopérative dans les années à  venir, la mise en place du projet d'entreprise horizon 2020 : « c'est un projet ambitieux à  la fois au niveau quantitatif et qualitatif : il prévoit d'augmenter la vente de cols, poursuivre l'innovation et le développement logistique dans l'intérêt de notre bassin viticole, explique Joël Boueilh, le président de Plaimont producteurs. Nous souhaitons un développement cohérent, tout en conservant notre àme et nos valeurs. Ce projet, qui reposera sur un engagement sans faille des vignerons et des caves, reflète notre volonté de relever le défi du développement ». Concluant cette assemblée générale, Charles Pélanne, vigneron et conseiller général du canton de Garlin, a souligné « l'importance de la cohésion Plaimont-Crouseilles pour faire vivre ce territoire dans un contexte difficile. Nous avons une force : l'attachement des personnes qui gravitent autour de l'entreprise permettra de relever ce défi. S'investir dans le temps pour l'appellation Madiran, il s'agit là  d'une responsabilité collective ». Thierry Ladevèze Image modernisée
Suite à  une réflexion menée sur l'appellation Madiran, un nouveau slogan publicitaire est né mettant en avant « l'excellence des vins du Sud-Ouest », avec également un nouveau logo pour la cave de Crouseilles, renforçant le lien avec les Pyrénées. « L'objectif est d'aller chercher de nouveaux consommateurs, avec des packagings plus modernes » commente Frédéric Partaix.

Opérations séduction
Parmi les temps forts des opérations promotionnelles de 2013, les Toques en Madiran, premières rencontres de la gastronomie et du vin, se dérouleront de mars à  septembre avec les finales lors des portes ouvertes les 16 et 17 novembre.
Un parrainage avec la boutique Adishatz permettra de proposer des produits au design spécifique « Adishatz-Crouseilles ».
Du côté de l'événementiel, « le Chàteau de Crouseilles continuera à  accueillir de nombreuses animations tout au long de l'année (« Crouseilles fête l'été » le dimanche pendant l'été, fête des vendanges en septembre, barriques d'or début novembre, vendanges tardives) afin d'attirer du monde sur notre site » comme l'a détaillé Charlotte Grizeaud.

Quatre nouveaux élus
Quatre vignerons ont décidé de passer le relais : Nathalie Bousquet d'Arrosès, Eric Deluc de Viella, Robert Dutour de Madiran et Daniel Minvielle de Monpezat. Ils seront remplacés par Corinne Richevaux (Viella), Sébastien Coupau (Crouseilles), Emmanuel Lagrave (Aurions-Idernes) et Sébastien Laborde (Viella).

 Connexion à l'espace Abonné

Nom d'utilisateur: et mot de passe requis
Mot de passe oublié ? ×