Publié le 22/03/2013 à 14h30 /

Volailles label : Maisadour à  la pointe de la recherche

// Le fournisseur d'aliment, Sud-Ouest Aliment et sa filiale Nutricia, viennent d'inaugurer une station de recherche inédite à  Benquet (Landes). Ce nouvel outil, unique en son genre dans l'Hexagone et dédié aux productions de volailes sous signes de qualité, conforter la place du groupe coopératif Maisadour dans un secteur très concurrentiel.

Se substituant au site de Pomarez devenu obsolète, la nouvelle station de recherche de Maisadour et de Sud-Ouest Aliment implantée à  deux pas de l'unité de l'INRA a été inaugurée par Dominique Graciet, président de la chambre d'agriculture
Il y avait foule ce mardi 19 mars à  Benquet. La grande famille de la filière palmipède nationale s'était donné rendez-vous. Mais cette fois ce n'était pas sur l'emplacement du Palmipode que les professionnels s'étaient massés, mais juste en face. À quelques encablures du site de l'INRA, Sud-Ouest aliment (SOAL) et sa filiale Nutricia, inauguraient une station de recherche flambant neuve, destinée aux productions de palmipèdes et de volailles. Elle prend le relais du site de Pomarez, qui après plus de 25 années de bons et loyaux services, n'était plus vraiment au goût du jour. Installée sur un complexe spacieux de trois hectares, cette véritable mini-ferme comporte notamment deux bàtiments d'élevage de 400 mètres carrés. À la différence d'un outil classique, ils ont été pensés pour conduire des petits lots d'animaux, gràce à  la présence de 36 parcs intérieurs et de 36 parcours extérieurs attenants. Le premier bàtiment, de type «Louisiane», est dédié à  l'élevage des palmipèdes. Le second va permettre l'élevage de volailles label ou standard. Le tout représente un investissement de 800.000 euros. Un gain de compétitivité Basé sur le respect de situations d'élevage conventionnel, cet outil s'inscrit dans une parfaite complémentarité avec la station expérimentale d'Artigères, où sont positionnées les équipes de l'INRA de l'Itavi et du Cepso. Cette dernière répond plutôt à  des travaux de recherche fondamentale, tandis que la station Nutricia/SOAL est dédiée à  l'étape suivante. «Notre site a pour objectif de soutenir la recherche appliquée, en aval», explique Jean-Louis Swick, président de SOAL. Pour compléter ce dispositif, Nutricia et Sud-Ouest Aliment ont également imaginé le dernier étage de la fusée, au travers d'une déclinaison «terrain» de leurs travaux de recherche. En partenariat avec des producteurs, huit sites d'élevage ont été ciblés aux quatre coins de la région. Ils accueilleront eux aussi des protocoles d'expérimentation, sous une forme grandeur nature. Un programme inédit Gràce à  cette nouvelle station de recherches, les filiales du groupe Maisadour sont désormais à  la tête d'une unité de recherche unique en son genre. Un moyen de renforcer un peu plus leur compétitivité. Face à  un environnement concurrentiel pour le moins fourni, «cela nous permet clairement d'avoir une longueur d'avance», commente Jean-Pierre Bréthous, directeur commercial de SOAL. Si la plupart des fabricants d'aliments dispose de programmes d'expérimentation «terrain», ce type de station apparaît inédit dans l'Hexagone, en ce qui concerne les productions de volailles sous signe officiel de qualité et les palmipèdes. Pour les équipes de Nutricia, le développement de travaux de recherche n'est pas nouveau. Gràce à  l'ancienne unité de Pomarez, elles mènent des actions en ce sens depuis de longues années déjà . Les travaux aboutissent régulièrement à  des usages pratiques, comme pour l'utilisation des coproduits de biocarburants dans la composition des aliments (drêches de mais ou glycérine). Mais les exemples pourraient être multipliés. Au service de la performance Dans un paysage en perpétuel mouvement, la station devrait très vite avoir du pain sur la planche. «Les travaux pourront porter sur les aspects nutritionnels bien sûr, mais aussi prendre en considération les exigences environnementales, au niveau des rejets azotés notamment, et les progrès génétiques, explique Jean-Louis Swick. C'est bien l'association de ces trois facteurs qui permet aux producteurs de tendre vers la performance». Le renforcement du service rendu aux éleveurs, gràce à  une amélioration des performances de leurs ateliers, est bien le but ultime de la démarche. Dès les prochains jours, un premier essai va débuter en volailles standards, pour gérer les plans d'alimentation d'animaux destinés entre autre à  l'export. Début avril, un essai concernera le type génétique des canards. En 2014, le projet Komplantes, issu du pôle de compétitivité Agrimip Sud-Ouest et financé en partie par la Région Aquitaine, mobilisera les équipes de la station. Il s'agit d'un projet collaboratif associant de nombreux organismes de recherche. Pour la station Nutricia, il portera, sur un essai visant à  prévenir les coccidioses des volailles gràce à  l'action d'extraits kéfirés de plantes. Fabien Brèthes

 Connexion à l'espace Abonné

Nom d'utilisateur: et mot de passe requis
Mot de passe oublié ? ×