Publié le 01/07/2013 à 00h00 /

Le marché mondial des céréales se détend

// En 2013, «les prix des céréales pourraient diminuer, et les marchés s'apaiser», estime l'Organisation des Nations-Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) dans son rapport trimestriel sur l'offre et la demande agricoles mondiales, publié le 13 juin dernier. En effet, les perspectives d'une production céréalière record de 2460millions de tonnes, qui s'accompagnerait d'un réapprovisionnement des stocks mondiaux, devraient détendre les marchés pour la campagne 2013-2014.

La FAO prévoit une hausse de 6,5 % de la production de céréales par rapport à  l'année dernière (2 309 millions de tonnes). Dans le même temps, la consommation de céréales devrait atteindre 2 402 millions de tonnes, soit 3 % de plus qu'en 2012-2
La FAO prévoit ainsi une hausse de 6,5% de la production de céréales par rapport à  l'année dernière (2.309 millions de tonnes). La plupart des productions devrait participer à  cette progression: la récolte mondiale de blé atteindrait un record (à  702 millions de tonnes, soit 7 millions de plus que les estimations du mois dernier), celle de mais connaîtrait un net rebond, principalement aux États-Unis (fortement touchés par la sécheresse l'an dernier), et celle de riz devrait également progresser (à  499 millions de tonnes). Dans le même temps, la consommation mondiale de céréales devrait atteindre 2.402 millions de tonnes, soit 3% de plus qu'en 2012-2013. Cet accroissement serait dû à  la consommation accrue de mais à  des fins alimentaires et industrielles aux États-Unis. Résultat: d'ici la fin de la campagne, les stocks mondiaux de céréales pourraient se reconstituer et progresser de 11%, à  569 millions de tonnes, pour retrouver leur plus haut niveau en douze ans. Stabilisation des échanges mondiaux Les échanges mondiaux de céréales devraient représenter 306 millions de tonnes en 2013-2014, un niveau similaire à  celui de 2012-2013. En valeur, ils devraient aussi être stables à  1.009 milliards de dollars en 2013, un niveau proche de l'estimation pour 2012, mais 13% plus bas que le record enregistré en 2011. Selon les prévisions, une réduction des échanges de blé compenserait un rebond des échanges de mais. En effet, l'utilisation de blé comme aliment pour animaux, qui a fortement augmenté en 2012-2013 du fait de l'offre limitée et des prix élevés du mais, devrait se stabiliser. Le commerce mondial de blé reculerait donc de 2,5% en 2013-2014, les importateurs se fournissant sur leur marché intérieur où la récolte est en augmentation. Pour les oléagineux, après le rebond de la production observé en 2012-2013, accompagné d'un ralentissement de la consommation qui a fait baisser les prix mondiaux, la FAO s'attend à  une nouvelle hausse de la production et donc un fléchissement général des prix. Récoltes en baisse aux USALe département américain à  l'agriculture (USDA) a légèrement révisé à  la baisse les perspectives de production mondiale de blé et de mais pour 2014 dans son rapport mensuel sur l'offre et la demande agricoles publié le 12 juin. La récolte de blé est évaluée à  696 millions de tonnes, soit une baisse de 5,6 millions par rapport à  ce qui était attendu le mois dernier avec des réductions en Ukraine (-2,5 millions), en Russie (-2 millions) et dans l'UE (-1,3 million).
Pour le mais, la production atteindra 962 millions de tonnes soit une baisse de 4 millions. Ce sont principalement les perspectives de récolte aux États-Unis qui ont été abaissées de 3 millions de tonnes du fait de l'excès de pluie du printemps qui retarde les semis dans les principaux États producteurs.

 Connexion à l'espace Abonné

Nom d'utilisateur: et mot de passe requis
Mot de passe oublié ? ×