Publié le 07/01/2015 à 15h47 /

Cuvée hivernale du Pacherenc aux accents folk

// La cuvée hivernale 2014 a été parrainée par le plus francophone des chanteurs britanniques, Murray Head.

Comme il est de tradition depuis maintenant 22 ans à  la cave de Crouseilles, le premier jour de l'hiver sonne les dernières vendanges de l'année. Le dimanche 21 décembre dernier, c'est sur une parcelle de Roland Podenas, vigneron à  Aydie et président de la cave, que les dernières grappes de petit Manseng ont été cueillies dans la bonne humeur. Cette journée festive a réuni un peu plus de 200 personnes. Après une première halte à  la cave, les convives avaient rendez-vous au «Paradis», lieu-dit où les attendait un solide casse-croûte vigneron, arrosé de Madiran bien évidemment! Encouragés par les chants des “Vignerons du Vic-Bilh”, ces vendangeurs, confirmés et néophytes, pouvaient profiter d'un beau soleil pour récolter les raisins dorés par un bel automne. Un parrain curieux et qui aime les défis Après des mois de juillet et août frais et pluvieux, les vignes ont bénéficié d'un ensoleillement assez exceptionnel en septembre et octobre qui a contribué à  une très forte concentration en sucre. «Aujourd'hui, on retrouve dans le premier jus des arômes de fruits secs et confits; plus on avance dans la maturité, plus le nectar est complexe et puissant» commente Loic Dubourdieu, l'oenologue de la cave. Et pour presser ces dernières grappes de petit Manseng, c'est le parrain de la cuvée hivernale 2014, Murray Head, qui est mis à  contribution. Le chanteur britannique connaît bien le Béarn puisqu'il y possède une maison depuis plusieurs années mais pour lui, cette journée s'est avérée une véritable découverte: «C'est tout d'abord un honneur pour moi d'avoir été choisi pour parrainer ce millésime. Je me lance souvent des défis, je trouve ça enrichissant, et tout particulièrement ici de découvrir le travail de la vigne et de ses vignerons, tout en ayant des explications sur la dégustation. Même s'il est difficile en un jour d'apprendre tout ce qu'il y a à  apprendre!» Le premier jus extrait du pressoir affiche 18,2°, de quoi réjouir les vignerons. Cette troisième trie est toujours un pari pour les vignerons comme l'explique Roland Podenas: «en deux mois, les grappes ont perdu environ un tiers de leur poids et très peu de jus en est extrait, ce qui explique la rareté du produit». La récolte de Roland Podenas sera associée à  celle de cinq autres vignerons de la cave de Crouseilles pour l'élaboration du Pacherenc hivernal 2014 et devrait permettre de confectionner environ 2000 bouteilles de 50cl, commercialisées à  partir du printemps 2016. T. Ladevèze

 Connexion à l'espace Abonné

Nom d'utilisateur: et mot de passe requis
Mot de passe oublié ? ×